Ralliez-vous à mon panache bleu

mardi 27 novembre 2018

Trump contre le multiculturalisme

Un article sur Trump, que j’ai trouvé très éclairant, traduit par votre serviteur.
Je crois que ce qui résume le mieux l’argument est la phrase suivante, qui me parait au surplus tout à fait juste : « Trump aurait pu être l’un des pires présidents que nous ayons jamais eu, mais dans ces temps exceptionnels, il se peut qu’il soit le meilleur président que nous pouvions avoir. »

Ce qui se joue aux Etats-Unis n’est pas fondamentalement différent de ce qui se joue ici, mais je m’en voudrais d’insulter l’intelligence de mes lecteurs en soulignant ce qui n’a pas besoin de l’être. Les parallèles se tracent tout seuls.
Bonne lecture.



Notre maison divisée : le multiculturalisme contre l’Amérique

Suivre la voie tracée par Trump – et par Lincoln


Par Thomas D. Klingenstein – The American Mind

Beaucoup de conservateurs n’ont pas vu que Trump avait fait de l’élection de 2016 un choix entre deux régimes mutuellement exclusifs : le multiculturalisme et l’Amérique. Ce que j’appelle le « multiculturalisme » inclut les « politiques identitaires » et le « politiquement correct ». Si le multiculturalisme continue à ronger l’esprit public, il finira par détruire l’Amérique. Par conséquent, cette élection aurait dû être perçue comme un combat entre une femme qui, peut-être sans vraiment le vouloir, était à la tête d’un mouvement visant à détruire l’Amérique et un homme qui voulait sauver l’Amérique. Le même combat est en train de se dérouler durant les élections de mi-mandat.
Je me rends bien compte que le terme « multiculturalisme » est quelque peu daté, mais je voudrais le remettre au goût du jour en l’utilisant dans son sens le plus étendu - pour désigner une philosophie politique. Le multiculturalisme conçoit la société comme une addition de groupes ayant chacun une identité culturelle différente, chacun avec sa propre conception du monde, tous opprimés par les hommes blancs et existant collectivement à l’intérieur de frontières nationales perméables. Le multiculturalisme remplace les citoyens américains par les soi-disant « citoyens du monde ». Il découpe des « tribus » à partir d’une société dont la réussite la plus extraordinaire a été de les avoir transformées en un seul peuple. Il fait de l’éducation un exercice politique consistant à libérer un nombre toujours croissant « d’autres » et fait de l’histoire américaine une série d’épisodes d’oppression par les Blancs, démantelant ainsi le récit unificateur par lequel nous nous affirmons – et sans lequel aucune nation ne peut survivre longtemps.
Pendant la campagne de 2016, Trump a traité le multiculturalisme comme le mouvement révolutionnaire qu’il est. Il nous a montré que le multiculturalisme, comme l’esclavage dans les années 1850, est une menace existentielle. Trump a révélé cette menace en s’y opposant, ainsi qu’à son bras armé, le politiquement correct. Bien plus, il s’est donné pour mission d’envoyer régulièrement des coups de pied dans l’entrejambe du politiquement correct. Dans d’innombrables manifestations de grossièreté il a dit encore et encore très précisément ce que le politiquement correct vous interdit de dire : « L’Amérique ne veut pas de diversité culturelle, nous avons notre propre culture, elle est exceptionnelle et nous voulons la garder telle qu’elle est. » Il a dit également, implicitement et explicitement, que les malheurs des divers « groupes opprimés » n’étaient pas de la faute des hommes blancs. Ceci aussi viole un principe sacré du multiculturalisme. Trump a dit toutes ces choses au moment où elles étaient les choses les plus nécessaires à dire et il les a dites comme lui seul pouvait le faire, avec suffisamment de « style » new-yorkais pour électriser tout le pays. Puis ensuite, pour ajouter au bretzel de la moutarde forte, il a caractérisé les médias comme étant non seulement mensongers mais aussi anti-américains.
Trump est un refus vivant et parlant du multiculturalisme et des idées post-modernes sur lesquelles il s’appuie. Trump est persuadé qu’il existe des choses comme la vérité et comme l’histoire, et qu’il croit en ces choses importe bien plus que le fait qu’il dise lui-même toujours la vérité ou qu’il connaisse l’histoire – ce qui, en effet, est parfois douteux.
Son affirmation caustique selon laquelle il existe des pays « merdiques » était un exemple de Trump affirmant que la vérité existe. Ce qu’il disait, c’était que certains pays étaient meilleurs que d’autres et que l’Amérique était l’un des meilleurs, voire même sans doute le meilleur. Le multiculturalisme dit qu’il est mal d’affirmer de telles choses (de même qu’il était « mal » de la part de Reagan de qualifier l’Union Soviétique de « mauvaise »). Trump est le seul homme politique national qui ne se soucie pas de ce que le multiculturalisme considère comme mal. Lui, et lui seul, rejette catégoriquement et effrontément la moralité du multiculturalisme. Il est virtuellement le seul sur notre scène politique nationale à défendre la conception américaine du bien et du mal, et par conséquent pratiquement le seul à réellement défendre l’Amérique. C’est pourquoi il est si précieux – et pourquoi tant de choses dépendent de lui.
Ses défauts sont nombreux, et certains sont importants, mais dans les circonstances présentes ce qui importe le plus c’est que Trump comprend que nous sommes en guerre et qu’il est prêt à la mener. Trump aurait pu être l’un des pires présidents que nous ayons jamais eu, mais dans ces temps exceptionnels, il se peut qu’il soit le meilleur président que nous pouvions avoir.

2016 et la signification de l’Amérique

« Si seulement nous pouvions savoir où nous sommes et vers où nous nous dirigeons, nous pourrions mieux juger ce qu’il convient de faire, et comment le faire. »
Beaucoup de conservateurs en 2016 n’ont pas vu Trump comme un homme qui défendait l’Amérique. C’est en grande partie parce qu’ils n’ont pas vu que l’Amérique avait besoin d’être défendue. Ce que les conservateurs ont vu, c’était les politiques de Trump (qui ne concordaient pas avec les politiques conservatrices) ainsi que son caractère (qui ne concordait pas, un point c’est tout) et ils en ont conclu que le pays était très loin d’être dans un état suffisamment catastrophique, et qu’Hillary n’était pas un danger suffisant, pour que l’on puisse s’enthousiasmer pour un homme manifestement aussi peu fait pour le rôle de président.
Dans ce qui était peut-être un cas de « tout le monde se trompe sauf moi », beaucoup de conservateurs ont conclu que si l’électorat portait au pouvoir un homme aussi évidemment inapte à la fonction, alors il devait y avoir quelque chose qui ne tournait pas rond avec l’électorat.
Je pense que la victoire de Trump s’explique en fait d’une manière assez simple et littérale : les Américains, dont beaucoup ont encore du bon sens et sont patriotes, ont voté pour Trump pour la raison pour laquelle il leur a dit qu’ils devaient voter pour lui, pour que l’Amérique passe en premier ou, pour reprendre son slogan de campagne, « Pour que l’Amérique soit à nouveau grande » (« make America great again ») – « l’Amérique » n’étant pas, comme l’imaginaient beaucoup de conservateurs, un terme codé pour dire « les Blancs ». En d’autres termes, la motivation de ceux qui ont élu Trump était patriotique, la défense de sa propre culture, et non pas raciste.
Dans un essai réfléchi, publié au printemps 2017, Yuval Levin a émis l’opinion, courante chez les conservateurs, que le pays était dans un état raisonnablement satisfaisant. Il était par conséquent interloqué qu’un grand nombre de penseurs associés avec l’école de Claremont puissent estimer que « les choses ne pouvaient pratiquement pas être pires » et qu’il était donc nécessaire de « faire une révolution totale ».
Levin et les conservateurs qui s’accordent avec lui prennent les choses à l’envers. C’est le multiculturalisme et non pas le trumpisme qui est une révolution. La campagne de Trump, ainsi que le soutien que lui apportaient certains intellectuels, n’était pas un appel à faire la révolution mais un appel à stopper une révolution. Les intellectuels qui soutenaient Trump ne disaient pas que les choses ne pouvaient pas être pires, ils affirmaient que sans un changement de direction drastique il était fort probable que nous ne puissions jamais retrouver notre foyer.
Toute la campagne de Trump était une défense de l’Amérique. L’élection a porté bien moins sur les politiques, le caractère, les échanges d’emails ou bien James Comey [directeur du FBI en 2016], que sur ce que signifiait l’Amérique. Le mur de Trump était moins une manière de repousser les étrangers qu’une manière de marquer son attachement à un pays particulier : les politiques en matière d’immigration, de libre-échange, d’affaires étrangères, avaient pour but de défendre ce qui est notre. Dans tous ces domaines, Trump posait la question « Qui sommes-nous en tant que nation ? ». Et il y répondait en étant Trump, un homme « made in America », indubitablement et sans aucun complexe américain, et qui, comme la plupart de ses compatriotes, se contrefiche de ce que peuvent bien penser les intellectuels européens.
Clinton, dans le camp d’en face, était le dédain incarné, une citoyenne non pas de l’Amérique mais du monde : une élitiste postmoderne, sûre de son bon droit, qui n’était rien d’autre que la continuation d’Obama, l’homme qui avait rejeté avec mépris la prétention de l’Amérique à être exceptionnelle. Ceux qu’elle appelait « les déplorables » étaient les opposants au multiculturalisme. Ce qu’elle disait, en fait, c’est qu’elle ne reconnaissait pas les « déplorables » comme ses concitoyens et que, pour ce qui la concernait, ils ne faisaient pas partie du régime qu’elle se proposait de diriger.
Peut-être la réponse la plus efficace de Trump au multiculturalisme de Clinton et des Démocrates a-t-il été ses attaques contre le politiquement correct, à la fois avant et après l’élection. Trump a réprimandé Jeb Bush pour avoir parlé espagnol en meeting électoral. Il a fait remarquer que le 11 septembre certains musulmans avaient acclamé la chute des twin towers. Il a dit que Mexico nous envoyait la lie de son pays, a suggéré de boycotter les Starbucks après que les employés aient reçu l’ordre de ne plus dire « Joyeux Noël », a dit que les propriétaires de la NFL devraient renvoyer les joueurs ne respectant pas le drapeau, a émis l’opinion que les gens venant de ce qu’ils appelait des pays « merdiques » (Haïti et les pays africains étaient ses exemples) ne devraient pas être autorisés à émigrer chez nous, a parlé du danger qu’il y avait à choisir des juges en fonction de leur origine ethnique et a dit que Black Lives Matter devrait cessé de rejeter la faute sur les autres.
L’idée essentielle de chacune de ces attaques au canon contre le politiquement correct, lorsqu’on les prend toutes ensemble, est une défense la culture bourgeoise de l’Amérique, qui est culturellement « judéo-chrétienne », qui tient à ce que nous n’ayons qu’une seule langue, un seul ensemble de lois et de valeurs : et notamment, la loyauté, le sens pratique, l’indépendance, et l’ardeur au travail. Trump affirmait le caractère aimable de notre culture. Aussi étrange que cela puisse sembler, il nous disait comment mener une vie digne. Trump est loin d’être le prêcheur idéal, mais dans une société où les gens ont soif de voir confirmer publiquement les valeurs qu’ils chérissent, ils n’exigent pas que l’eau vienne d’une source pure. Même les déclarations grossières de Trump traitant les femmes comme des objets ne semblent pas avoir rebuté les électrices de Trump, peut-être parce que cela ne les surprend pas que les hommes traitent les femmes comme des objets. En d’autres termes, Trump se comportait comme un homme, même si ce n’était pas l’homme idéal, et ce qui importait c’était qu’il ne soit pas l’homme asexué du multiculturalisme. Il se peut qu’un semblable rejet de l’androgynie ait été à l’œuvre dans les auditions pour la confirmation de Kavanaugh.
Il y a seulement une génération ou à peu près, nos élites, aussi bien de gauche (liberals) que conservatrices, étaient prêtes à défendre la culture bourgeoise de l’Amérique, l’exceptionnalisme américain, et l’assimilation complète des immigrants. Arthur Schlesinger a exprimé ainsi cette conception de l’assimilation : « la tradition protestante anglo-saxonne de l’Amérique… fournit la référence à laquelle les immigrants venus d’autres nations sont censés se conformer, la matrice dans laquelle ils se fondront. » Cela signifiait abandonner la culture de son pays d’origine, pas nécessairement intégralement ni tout de suite, mais en définitive ses caractéristiques essentielles devaient être abandonnées en faveur de la culture américaine. En d’autres termes, il n’existe pas d’Américains à trait d’union.
Trump comprend que le slogan « la diversité est notre plus grande force », qui pourrait résumer le multiculturalisme, est exactement à rebours de la vérité. La plus grande force de l’Amérique est d’avoir transcendé la race, et la seule exception majeure a bien failli causer notre perte. A la lumière de notre histoire, de l’histoire du monde (une guerre « tribale » après l’autre), et du désastre multiculturel qu’est l’Europe aujourd’hui, produire de la diversité culturelle n’est rien d’autre que de la stupidité suicidaire. Trump ne le dit peut-être pas de cette façon, mais il le comprend. L’Américain moyen le comprend aussi, parce que ce n’est pas très difficile à comprendre : c’est du bon sens.

Les conservateurs et les Républicains sont complices

Les qualités de Trump sont son courage, son bon sens, et sa rhétorique. Il va à l’essentiel, à ce dont personne d’autre ne parlera de peur d’être traité de « raciste » ou de « fasciste », ou d’une autre de ces injures qui excitent la foule des lyncheurs vertueux.
Sa remarque au sujet des pays « merdiques » était un exemple. Un autre exemple a eu lieu en 2015 lorsque Trump, après une attaque terroriste, a proposé un arrêt de toute immigration musulmane, jusqu’à ce que nous ayons « une putain d’idée de ce qui se passe ». Pratiquement tout le monde, y compris la droite, a hurlé au « racisme » et à « l’islamophobie ». Bien sûr, défendre Trump aurait impliqué de violer le diktat multiculturel selon lequel on ne doit parler de l’islam que comme une religion de paix. Mais, comme Trump, l’Américain moyen ne se soucie pas de savoir si l’islam est ou non une religion de paix : il voit de ses propres yeux que l’islam est utilisé comme un instrument de guerre. Lorsque les terroristes musulmans disent qu’ils accomplissent la volonté d’Allah, les Américains les prennent au mot. Ce n’est rien d’autre que du bon sens.
La tentative de la part de Trump d’écarter le juge Gonzalo Curiel d’un procès dans lequel la Trump University était l’accusée, en partie à cause des origines mexicaines du juge, est un autre exemple de cas dans lequel les accusations de « racisme », proférées avec la même force par la droite et par la gauche, se sont substituées au bon sens. Il a été estimé absurde de la part de Trump d’avancer que le juge était partial à cause de son origine ethnique, mais c’est précisément l’insistance des élites à faire de l’origine ethnique un facteur de sélection des juges qui a amené Trump à se placer sur ce terrain. Nous faisons de l’origine ethnique un facteur essentiel, et ensuite nous affirmons que l’origine ethnique ne devrait pas compter. Ce n’est pas du bon sens.
Aller à l’essentiel, à la question de bon sens qui est au cœur du sujet, est la composante la plus importante de la rhétorique de Trump, mais même la manière souvent irritante dont il choisit de s’exprimer peuvent parfois servir la cause conservatrice. C’est un triste constat sur notre époque, mais c’est l’époque à laquelle nous vivons, et nous devons juger les questions politiques en conséquence. Lorsque, par exemple, Trump s’est moqué de l’accusatrice du juge Kavanaugh, il a fait une chose que lui seul peut faire : il a attaqué frontalement le multiculturalisme et son « il faut croire toutes les femmes. » Nous devrions continuer à faire la grimace devant la puérilité de Trump, mais nous devrions reconnaitre lorsqu’elle a de la valeur.
Dans chacun de ces cas, lorsque les conservateurs se sont joints à la gauche (liberals), pour dénoncer Trump, les conservateurs ont attaqué notre porteur de vérité le plus important. Les conservateurs et les Républicains devraient utiliser ces situations pour expliquer ce qu’est l’Amérique et ce qui est requis pour la perpétuer. Dans les exemples énumérés précédemment, ils auraient dû expliquer l’importance de n’avoir qu’une seule législation, d’assimiler totalement les immigrants et de ne pas tenir compte de la couleur de la peau ; l’incompatibilité de la théocratie avec le mode de vie américain ; que dans certaines circonstances nous pouvons à juste titre refuser certains immigrants, non pas à cause de la couleur de leur peau, mais parce qu’ils viennent de pays qui n’ont pas de tradition de gouvernement républicain. Au lieu de cela, les conservateurs font le travail des multiculturalistes à leur place : ils insinuent plus avant le multiculturalisme dans l’opinion publique. Les conservateurs ont, sans vraiment en avoir conscience, accepté de jouer selon les règles posées par les multiculturalistes et ce faisant ils se sont désarmés eux-mêmes ; ils ont abandonné leur arme la plus puissante : les arguments qui défendent l’Amérique.

Les auditions pour la confirmation de Kavanaugh : le multiculturalisme à l’œuvre

En dénonçant les dangers du multiculturalisme, Trump a aussi dénoncé la source de celui-ci : les intellectuels de la gauche radicale (radical liberal intellectuals), qui pour la plupart trainent leurs guêtres dans les départements de sciences humaines dans nos meilleurs colleges et universités, où ils enseignent les humanités multiculturelles et élaborent les règles du jeu multiculturel. A partir de l’enseignement supérieur ces idées et ces règles se diffusent au sein d’une élite formatrice d’opinion, généralement de gauche et généralement irréfléchie, qui va ensuite militer pour l’ouverture des frontières, la diversité obligatoire, le racisme (que, on ne sait trop comment, ils parviennent à nous faire appeler antiracisme) et d’autres aspects du multiculturalisme.
Lors des auditions pour la confirmation de Kavanaugh, les règles du jeu multiculturel fonctionnaient à pleine puissance. Armés avec le chapitre de l’Evangile multiculturel qui traite de « l’oppression des femmes par les hommes », les Démocrates pouvaient attaquer Kavanaugh avec des accusations tirées du néant. Dans le même temps, les règles multiculturelles obligeaient les Républicains à se battre avec un bras attaché dans le dos : ils étaient forcés de traiter sérieusement une affaire dépourvue de fondement, ils ne pouvaient pas attaquer l’accusatrice, et ils devaient employer une femme pour l’interroger. Les Républicains ont accepté automatiquement le rôle de misogynes qui leur était assigné (et ils auraient accepté le rôle de raciste si l’accusatrice avait été Noire). C’est vrai, les Républicains n’avaient pas le choix ; néanmoins lorsqu’on vous roule dans la farine il est préférable de le remarquer.
Si Trump avait tweeté : « Je me tamponne le coquillard du sexe ou de la couleur de peau de l’interrogateur », je soupçonne que la majorité des Américains aurait applaudi. Après tout, c’est là la conception américaine des choses. Ce n’est pas l’Américain moyen qui exige que l’interrogateur soit une femme ou bien un Noir. Nous le savons parce que les partisans de Trump nous l’ont dit. Ce ne sont pas en général les parents dans nos écoles de centre-ville qui exigent des enseignants et du personnel administratif ayant une couleur de peau correspondant à celle de leurs enfants. Ce ne sont pas les immigrés mexicains ordinaires qui créent de l’agitation pour préserver leur culture d’origine. Ce sont les multiculturalistes.
Les règles multiculturelles découlent de la conception multiculturelle de la justice, qui est basée non pas sur l’égalité des individus (ce qui est la conception américaine) mais sur l’égalité des groupes identitaires opprimés par les hommes blancs. Dans les auditions de l’affaire Kavanaugh, les multiculturalistes ne voyaient pas deux individus en train de s’affronter, mais plutôt toutes les femmes qui sont toutes opprimées et tous les hommes blancs qui sont tous des oppresseurs. Les Américains ont affirmé que les multiculturalistes violaient les règles du procès équitable et celles communément admises concernant l’administration de la preuve, mais du point de vue des multiculturalistes ce que les Américains considéraient comme une violation était en réalité une application de la conception multiculturelle du procès équitable et de l’administration de la preuve. Les Américains voyaient une révolution se dérouler sous leurs yeux.
Nous nous trouvons maintenant dans une situation qui n’est pas sans rappeler celle qui existait avant la guerre civile, lorsqu’un côté avait une conception de la justice qui reposait sur le principe de l’égalité des êtres humains, tandis que la conception de l’autre côté reposait sur le principe que tous les hommes sont égaux à l’exception des Noirs. La première conception impliquait le recul et finalement la disparition de l’esclavage ; la seconde impliquait son expansion. C’était comme un navire qui aurait dû aller dans deux directions à la fois. Ou, pour utiliser la métaphore biblique employée par Lincoln, « si une maison est divisée contre elle-même, cette maison ne peut subsister. » Lincoln ne voulait pas dire que le pays ne pouvait pas subsister avec une partie pratiquant l’esclavage et l’autre partie ne le pratiquant pas. C’était possible, tant qu’il y avait un accord sur le fait que l’esclavage était un mal et qu’il était en voie de disparition. Mais à partir du moment où la moitié du pays pensait que l’esclavage était une bonne chose et l’autre moitié pensait qu’il était une mauvaise chose, le pays ne pouvait subsister. C’était la différence de conception de la justice entre les deux parties qui était décisive, parce que, là où existent deux conceptions de la justice, comme c’était le cas durant la guerre civile et maintenant, le respect de la loi s’effondre. Durant la guerre civile, cela a eu pour conséquence la sécession. De nos jours, cela a pour conséquence les villes sanctuaires [terme qui désigne une ville qui applique une politique de protection des migrants illégaux] et « la résistance ». Pour saisir à quel point nous sommes proches de la rupture totale, imaginez que l’élection de 2016, comme celle entre Bush et Gore, ait dû être décidée par la Cour Suprême. On frémit rien que d’y penser.

Que faire et comment le faire

Les conservateurs ont été abasourdis par le trumpisme. Même les conservateurs qui reconnaissent aujourd’hui que Trump a accompli certaines bonnes choses ne savent pas trop ce qu’il serait possible d’apprendre du trumpisme qui pourrait servir au futur du mouvement conservateur.
La leçon est la suivante : suivez l’exemple de Lincoln. Il fit de l’opposition à l’esclavage le noyau non négociable du parti Républicain, tout en étant prêt à passer des compromis sur toutes les autres questions. Les conservateurs devraient faire la même chose avec le multiculturalisme. Nous devrions faire de notre opposition au multiculturalisme le noyau de notre mouvement. Le multiculturalisme devrait guider notre stratégie rhétorique, fournir un cadre conceptuel pour interpréter les évènements, et lier les dangers intérieurs auxquels nous faisons face. Nous devons comprendre que tous ces dangers sont des parties d’un même tout.
Cette approche, cependant, ne fonctionnera pas tant que les conservateurs ne se mettront pas à penser aux questions politiques comme le faisait Lincoln. Qu’ils ne le fassent pas explique pourquoi un si grand nombre d’entre eux n’a pas compris la signification de l’élection de 2016. Le sujet est complexe, mais il me semble qu’il peut être résumé ainsi : en comparaison de Lincoln, les conservateurs ont tendance à penser la politique de manière à la fois trop étroite (en excluant trop de choses) et trop rigide.
Ce qui, pour Lincoln, était la question politique la plus importante – la conception qu’a la population de la justice - est considérée comme sans importance par beaucoup de conservateurs. Il n’est pas surprenant, par conséquent, qu’ils n’aient pas compris ou qu’ils aient sous-estimé le danger politique posé par le multiculturalisme, avec son assaut frontal contre la conception américaine de la justice. N’ayant pas compris le multiculturalisme ou bien l’ayant sous-estimé, les conservateurs ne pouvaient pas voir que les caractéristiques de Trump qui, dans des temps ordinaires, l’auraient disqualifié, étaient aujourd’hui précisément celles qui étaient requises pour affronter le multiculturalisme. Trump n’était pas un conservateur classique, mais toute sa campagne portait sur le fait de sauver l’Amérique. C’est là où le conservatisme commence.
L’éducation est un autre domaine auquel les conservateurs prêtent moins d’importance politique que ne le faisait Lincoln. Les conservateurs doivent réapprendre ce que savait Lincoln, et ce que, jusqu’au milieu du 20ème siècle, nos colleges et nos universités savaient aussi : le but de l’enseignement supérieur, et particulièrement des universités d’élite, est d’instruire les citoyens en vue du bien commun. Si les universités d’élite promeuvent le multiculturalisme et que le multiculturalisme sape l’Amérique, alors les universités trahissent leurs obligations envers le bien commun au même titre que si elles aidaient l’ennemi en temps de guerre. Dans un tel cas, le gouvernement, le gouvernement fédéral si nécessaire, peut à bon droit employer n’importe quel remède, du moment qu’il est proportionné au risque encouru par le pays et qu’il est le moyen le moins intrusif qui soit disponible.
Réorienter le mouvement conservateur est une tâche gigantesque, mais certaines choses importantes jouent en notre faveur : pour commencer, la plus grande partie de la population du pays, y compris beaucoup qui ne sont pas partisans de Trump, semble opposée au multiculturalisme et à sa police du langage. Qui plus est le multiculturalisme, comme la cause de l’abolition, est susceptible de galvaniser le mouvement conservateur. Les conservateurs, dont la tâche spécifique est de conserver, s’animent lorsqu’il y a quelque chose d’important à conserver, car cela leur permet de revendiquer une position singulière et moralement puissante avec suffisamment de latitude pour s’accommoder d’une vaste coalition. Dans le cas présent la « chose » réellement importante à conserver est notre pays.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LES COMMENTAIRES ANONYMES SERONT SUPPRIMES SANS AUTRE FORME DE PROCES, ALORS FAITES L'EFFORT DE PRENDRE UN PSEUDONYME OU DE SIGNER VOTRE MESSAGE. MERCI.