Ralliez-vous à mon panache bleu

mercredi 8 juillet 2015

Confessions d'un blogueur anonyme



Depuis que je tiens ce blog, la période estivale a été pour moi une période de vacances de blog. Une pause nécessaire avant de replonger dans la mêlée au mois de septembre. Cette année je ne suis pas sûr que ces vacances prendront fin. Aussi me suis-je dit qu'il ne serait pas mal de mettre ici ce petit texte, que ceux qui me suivent sur Facebook connaissent déjà.
Bonnes vacances à tous !

Longtemps j’ai blogué avec bonheur. Je consultais les statistiques de mon blog en me réveillant le matin, et ensuite plusieurs fois par jour. Les réponses que je préparais à certains commentaires me tournaient dans la tête toute la nuit. Je visitais régulièrement tous les blogs « amis », et j’y laissais très souvent un petit commentaire, pour bien signaler mon passage au taulier. Parfois, pas très souvent toutefois, je m’engageais dans des discussions marathons avec d’autres commentateurs sur d’autres blogs. C’était parfois frustrant, parfois énervant, parfois exaltant. Je ne l’ai jamais regretté et l’une de mes fiertés est que, tant sur les autres blogs que sur le mien, ces échanges n’ont presque jamais viré au pugilat.

J’avais l’impression, à mon petit niveau, de faire œuvre utile et d’apporter ma maigre contribution à certains combats intellectuels que je tenais pour importants. Et puis je m’amusais beaucoup aussi, et j’avais noué une sorte de camaraderie virtuelle avec bien des gens que je trouvais, ma foi, fort sympathiques. J’avais l’impression d’appartenir à une communauté engagée dans un combat pour une juste cause, et qui n’engendrait pas la mélancolie.

Bloguer était important pour moi.

Mais aujourd’hui tout cela appartient largement au passé.

Mon blog est en demi-sommeil et va peut-être bientôt s’endormir définitivement sans que cela me trouble outre mesure. Je continue à visiter certains blogs que j’aimais bien, mais moins régulièrement, et je n’y laisse presque plus jamais de commentaire. Et surtout plus jamais je ne me lance dans des discussions marathons. Mon intérêt pour les blogs a beaucoup diminué, c’est un fait. Un fait que je ne m’explique pas très bien.

Certes, désormais le temps me manque incontestablement pour me livrer à cette activité. Le fait est que bloguer a aussi, à un moment, été un dérivatif aux difficultés de mon existence.

Cela n’explique pas tout, cependant.

Je ne renie rien de ce que j’ai fait. Je crois toujours que la guerre des idées est suprêmement importante, et que bloguer peut être une manière valable d’y contribuer. Mon estime et ma sympathie pour les tauliers des blogs que je fréquentais régulièrement n’a pas diminué, ou alors rarement. Je suis toujours aussi passionné par les questions politiques.

Pourtant je n’ai plus guère le goût des blogs. J’ai comme l’impression aussi que ceux-ci ne sont plus ce qu’ils étaient. Que l’effervescence que j’y trouvais souvent il y a quelques années a disparu, ou en tout cas a beaucoup diminué. Je ne sais pourquoi. Et surtout je ne suis pas bien sûr que cette impression soit fondée, qu’elle ne soit pas avant tout le résultat de ma propre baisse d’intérêt pour la chose bloguesque. Par ailleurs j’ai reporté ma sociabilité virtuelle sur Facebook – après avoir un peu tâté de Twitter – réseau sur lequel j’ai retrouvé la plupart de mes camarades blogueurs, qui me permet de papoter à peu de frais (temporels) et d’échanger sur des sujets un peu plus personnels.

Me voici donc pratiquement rangé des blogs, comme d’autres le sont des voitures. Est-ce un bien, est-ce un mal, pour moi-même et pour ceux qui me lisaient, je ne saurais le dire. Mais on ne peut pratiquer cette activité de manière profitable que pour autant qu’on en ait vraiment envie, et que l’inspiration soit là. Ce n’est plus mon cas.

Pour autant je n’oublie pas ceux qui poursuivent l’aventure des blogs, et que j’ai accompagnés pendant quelques années. Je continue à regarder ce qu’ils font. Je les envie un peu, d’avoir conservé le feu sacré, ou simplement d’avoir la persévérance nécessaire pour entretenir un blog.

Mais je dois désormais les regarder du bord de la route. En attendant peut-être un jour de reprendre ma place dans le peloton, ou bien de plonger définitivement dans l’ombre.

Dans tous les cas, tout sera bien.

16 commentaires:

  1. Tout cela est bien triste.
    Mais il est normal de se lasser un peu parfois et l'été est propice à cet éloignement.
    Bloguer est une activité hivernale je crois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, ce n'est pas triste. C'est juste une page qui se tourne, probablement, et une autre qui s'ouvre par là-même.

      Supprimer
  2. L'époque est au sabordage, coulons la tête haute !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, non, le bateau flotte toujours, mais le capitaine fait une très longue sieste :-)

      Supprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  4. Vous l'annonciez depuis un certain temps déjà. Sans parler des "temps anciens", ces derniers mois ont vu se ranger un paquet de blogs de qualité (Pélicastre, Fromage, Dixie, Woland, Koltchak, etc.) dont le vôtre maintenant.

    Alors merci à ceux qui continuent et, surtout, merci à vous d'avoir choisi la voie ardue du billet de fond, qu'on ne lit pas toujours quand on vient sur les blogs pour se marrer un peu ou pour vomir notre époque, qu'on ne commente quasiment jamais, faute d'avoir un truc intelligent à dire.

    J'ai bien prévu de (re)lire votre blog à tête reposée, espérons pour cela que vous le laissiez en ligne. Que votre repos vous soit profitable. Bon vent Aristide.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Anton. Tout reste en ligne pour le moment, et je ne ferme pas boutique, mais je risque d'alimenter les rayonnages de plus en plus rarement.
      Pour ce qui est de Koltchak, il n'a pas disparu, il a juste changé de forme. Cherchez, et vous trouverez ;-)

      Supprimer
    2. Pour ce qui est de Koltchak, il n'a pas disparu, il a juste changé de forme. Cherchez, et vous trouverez ;-)

      C'est tout de même assez facile : même moi j'y suis arrivé ! :-)

      Supprimer
  5. Lecteur discret depuis quelques années (depuis la découverte de la blogosphère et notamment de l'établissement du peintre en bâtiment qui m'a permis de vous connaître), je regrette votre choix bien qu'il soit compréhensible.
    Votre activité virtuelle de grande qualité et des plus intéressantes (même si, mea culpa, vos lecteurs ne laissent pas forcément de commentaires) va assurément manquer à la réacosphère et à la contradiction contrariant les imbécilités et les absurdités idéologiques des gauchistes et de leurs amis.
    Comme le dit Anton, déjà de trop nombreux fameux établissements ont fermé...
    Dommage !
    Je vais de ce pas archiver quelques uns de vos billets que j'ai encore en tête (à propos du féminisme par exemple !).
    Bonne continuation.
    En espérant que ce moment de lassitude ne dure pas trop.
    Bien à vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à vous. Je médite vaguement de faire un second livre auto-édité avec ce que j'ai publié depuis deux ans,mais je ne suis pas bien sûr que j'aurais le temps et le courage de le faire.

      Supprimer
  6. Merci en tout cas pour tout ce que vous avez partagé avec nous. Surtout, laissez-nous votre blog ouvert pour que nous puissions revenir sur vos longues analyses, sur leurs références à des ouvrages en anglais que vous nous avez fait découvrir, etc.
    Quoi qu’il arrive, conservez-vous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci cher Plouc'em.
      Je n'ai aucune raison de fermer la boutique, même si je ne l'alimente plus guère. J'ai d'ailleurs rajouté un onglet de recherche, en haut de la page, pour que ceux qui veulent fouiller dans les archives puissent retrouver plus facilement ce qu'ils cherchent.

      Supprimer
  7. Zut alors !
    J'adore votre blog, même si je ne parle pas souvent (mais vous me le rendez bien ! Et toc ^^)
    Vous ne voyez pas mes visites, parce que j'arrive souvent via d'autres sites.
    Aristide, merci pour toutes vos analyses et tout ce que vous nous avez fait connaître.
    C'est pas drôle que vous nous fassiez faux bond.
    En même temps, je comprends, car c'est un vrai boulot que vous avez fait. On est loin des articulets que nous faisons.
    Ce qui me rend triste, c'est que la police de la pensée va se réjouir de voir de bons blogs fermer, ou ralentir.
    Passez de bonnes vacances et revenez-nous, s'il vous plaît !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Carine. Je ne ferme pas boutique, mais je crains de ne plus renouveler les rayonnages bien souvent. Nous verrons bien :-)

      Supprimer
  8. Tout d'abord, merci pour vos articles, toujours très intéressants. Si jamais vous fermez boutique, pensez vous laisser vos articles accessibles? voire même les rassembler dans un ouvrage téléchargeable?
    Rien de plus triste que de ne plus pouvoir se replonger dans des posts de blog que l'on a aimés ou en découvrir que l'on avait loupés (ex: amiral Woland, le Grand Charles, Lounès etc etc)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Oui, le blog restera ouvert même si je cesse de l'alimenter). Je n'ai pas de raison de le fermer pour le moment. Pour ce qui est du livre, j'y pense, mais le temps me manque...

      Supprimer

LES COMMENTAIRES ANONYMES SERONT SUPPRIMES SANS AUTRE FORME DE PROCES, ALORS FAITES L'EFFORT DE PRENDRE UN PSEUDONYME OU DE SIGNER VOTRE MESSAGE. MERCI.