Ralliez-vous à mon panache bleu

mercredi 18 février 2015

Making Gay Okay : Homosexualité, nature, et politique (3/3)




Jusqu’en 1973, le Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (dit communément DSM : Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux) établi par l’American Psychiatric Association (association américaine de psychiatrie – APA), classait l’homosexualité parmi les maladies mentales. Ce classement constituait bien entendu un obstacle majeur sur la voie du « mouvement homosexuel ». Pour que l’homosexualité puisse un jour être considérée comme « saine, naturelle, et normale » il fallait impérativement qu’elle cesse d’être considérée comme une affection psychiatrique. Le but n’était pas de prouver scientifiquement que la classification du DSM était fautive. A supposer que cela soit possible – ce qui était fort douteux – administrer une telle preuve aurait demandé bien trop de temps. Et puis l’idée même d’examiner de manière impartiale et froidement rationnelle si l’homosexualité est ou pas une forme de maladie mentale était, bien entendu, totalement incompatible avec l’état d’esprit qui animait les militants homosexuels. Pour obtenir satisfaction ceux-ci commencèrent donc, en 1970, à perturber violemment les réunions de l’APA. Ces méthodes brutales n’auraient sans doute pas connu beaucoup de succès si les militants homosexuels n’avaient été puissamment aidés, d’une part par le climat intellectuel de l’époque, qui était à la « libération » sexuelle généralisée et à la contestation des formes traditionnelles d’autorité, et d’autre part et surtout par un certain nombre de psychiatres. Parmi ces psychiatres qui appuyaient de l’intérieur les revendications des activistes gays, certains étaient eux-mêmes homosexuels, et donc très intéressés par la possibilité que l’homosexualité puisse cesser d’être considérée comme un trouble mental, comme par exemple le docteur John P. Spiegler, qui fut élu président de l’APA en 1973. D’autres, qui se nommaient eux-mêmes « les jeunes Turcs », étaient de jeunes psychiatres « libéraux » au sens américain du terme, c’est-à-dire de gauche, bien décidés à réformer la psychiatrie dans un sens favorable à leurs idées politiques, et aussi à prendre de cette façon plus rapidement la place de leurs ainés.
Soumise à cette double pression, l’APA ne tarda pas à capituler, à peu près de la même manière que, quelques années auparavant, les plus grandes universités américaines avaient capitulé devant la violence de certains étudiants noirs et accepté de sacrifier la rigueur intellectuelle et la discipline sur l’autel de ce que l’on ne nommait pas encore le politiquement correct. En 1973, l’APA décida brusquement de retirer l’homosexualité de la liste des maladies mentales. Deux psychiatres racontent la manière dont cette décision fut prise :
« Le DSM de l’association américaine de psychiatrie céda soudainement et complètement à la pression politique lorsque, en 1973, il retira l’homosexualité de la liste des désordres mentaux susceptibles d’être traités. Une tempête politique avait été créée par des activistes gays à l’intérieur de la psychiatrie, avec une intense opposition à la normalisation de l’homosexualité de la part de quelques psychiatres courageux qui étaient de ce fait diabolisés, et même menacés, plutôt que scientifiquement réfutés. La Chambre des Délégués de l’APA esquiva le conflit en demandant à ses membres de voter sur la question, marquant ainsi la première fois dans l’histoire de la santé où une classification médicale fut décidée par un vote populaire plutôt que sur la base de preuves scientifiques. »
Toutefois, en 1973, le DSM conservait encore une entrée au sujet des homosexuels insatisfaits de leur homosexualité, pour lesquels on pouvait poser le diagnostic « d’homosexualité égo-dystonique ». Puis, en 1987, même ce petit article fut supprimé. Aujourd’hui le DSM ne contient simplement aucune référence à l’homosexualité. Non seulement l’homosexualité n’est plus officiellement classée dans les troubles psychiatriques, mais l’idée même que certains pourraient expérimenter cette condition comme insatisfaisante et ainsi désirer en changer a été effacée des catégories psychiatriques.
Car il est une autre notion qu’il est devenu pratiquement impossible d’évoquer publiquement : celle du caractère plastique de l’homosexualité. Non seulement tout ce qui pourrait suggérer que l’homosexualité n’est pas une condition tout à fait « saine, naturelle et normale » est absolument prohibé dans le débat public, mais il est aussi devenu indispensable d’affirmer que l’homosexualité est une condition innée, vraisemblablement d’origine génétique, qui n’est aucunement susceptible de varier. Ceux qui éprouvent de l’attirance pour les personnes du même sexe que le leur ne peuvent en aucun cas changer et devenir hétérosexuels.
L’intérêt de cette position est double, du point du « mouvement homosexuel ».
D’une part elle permet de ranger l’homosexualité dans la même catégorie légale que la race ou le sexe, c’est-à-dire une caractéristique innée qui distingue un groupe du reste de la population et peut être l’occasion de discriminations contre ce groupe. Autrement dit, si l’homosexualité est un trait inné qui ne peut être changé, pas plus qu’un Noir ne saurait devenir un Blanc ni une femme un homme, alors les homosexuels peuvent se prévaloir de toutes les lois « anti-discriminations » déjà en vigueur et réclamer leur part des bénéfices de la discrimination positive.
D’autre part, le caractère inné de l’homosexualité semble écarter toute notion de responsabilité : puisque c’est inné, les homosexuels ne sont pas responsables de leur comportement sexuel. Par conséquent réprouver leurs pratiques est aussi injuste que de condamner les bossus pour leur bosse.
Cependant, le dogme de l’immutabilité est extrêmement faible, lorsqu’on prend la peine de l’examiner d’un peu près, et il ne peut se soutenir que par l’intimidation et la menace.
Il est très faible, d’une part, car la réalité est que, d’un point de vue scientifique, nous savons très peu de choses sur l’étiologie de l’homosexualité. Cela ne doit pas surprendre. Notre ignorance du fonctionnement du cerveau humain reste très grande, et notre ignorance du fonctionnement de l’esprit humain est sans doute plus grande encore, si du moins nous restons dans le cadre de la méthode scientifique. Ainsi, très souvent, la psychiatrie doit se contenter de classer les pathologies en fonction de leurs symptômes, plutôt qu’en fonction des causes sous-jacentes de ces symptômes, faute de connaître ces causes[1]. Il est très faible, d’autre part, car le caractère inné d’une tendance ne fait nullement disparaître la responsabilité morale de celui qui se livre à cette tendance, sauf peut-être dans les cas les plus extrêmes. Ainsi, par exemple, nous savons aujourd’hui que l’alcoolisme a une composante héréditaire, en ce sens que certaines personnes sont plus susceptibles que d’autres de devenir alcooliques. Pour autant, chacun reste responsable du moindre verre d’alcool qu’il ingère, à moins bien sûr qu’on ne lui ait posé un revolver sur la tempe pour le forcer à l’ingérer. Si la prédisposition à l’alcoolisme a une composante héréditaire, les comportements alcooliques sont toujours volontaires, du moins à leurs débuts, avant que ne s’installe la dépendance. De la même manière, les penchants homosexuels ne privent nullement les personnes qui en sont affectées de leur libre-arbitre. Jusqu’à preuve du contraire – et une telle preuve sera assurément difficile à administrer – les pratiques homosexuelles restent volontaires, quel que soit le fondement, génétique ou pas, de l’attirance homosexuelle.
Mais surtout, il est empiriquement et amplement prouvé que l’homosexualité n’est pas une caractéristique immuable. Une partie au moins des homosexuels sont susceptibles de changer et de devenir hétérosexuels, soit spontanément, soit à la suite d’une thérapie.
Voici par exemple ce que déclarait le docteur Jeffrey Satinover devant la commission judiciaire du Sénat du Massachusetts en 2003 :
« Approximativement 10% des hommes ont eu une relation sexuelle avec un autre homme à un moment de leur vie – c’est l’origine du mythe gay selon lequel les homosexuels représenteraient 10% de la population. La plupart de ces hommes se seront identifiés comme gay avant l’âge de 18 ans, et auront agi en conséquence. Mais à l’âge de 18 ans une bonne moitié d’entre eux ne se considéreront plus comme gay et n’auront plus jamais de rapport sexuel avec un homme. Et il ne s’agit pas là d’individus sélectionnés parce qu’ils auraient suivi une thérapie ; c’est juste la population générale. Qui plus est, à l’âge de 26 ans, le pourcentage d’hommes qui se considèrent comme gay tombe à 2,8%. Cela signifie que, sans aucune intervention extérieure, parmi les garçons qui se considèrent comme gay à l’âge de 16 ans, trois sur quatre ne le seront plus à l’âge de 25 ans. »
La sexualité humaine a une certaine fluidité, particulièrement à l’adolescence, cela est connu depuis la nuit des temps, et par conséquent les observateurs avisés ont toujours remarqué que les mœurs sexuelles pouvaient être influencées par les lois. Ainsi l’homosexualité peut assez manifestement être encouragée ou découragée par bien des facteurs, même s’il semble par ailleurs raisonnable de penser qu’il existera toujours un certain pourcentage incompressible d’homosexuels dans toutes les sociétés.
Cela a pour conséquence qu’il est possible de mettre au point des thérapies pour les homosexuels désirant changer d’orientation sexuelle, thérapies qui sont d’une efficacité variable mais loin d’être négligeable. Durant cette même audition devant le sénat du Massachusetts, Jeffrey Satinover expliquait : « un examen de la recherche sur le sujet sur de nombreuses années montre un taux de succès de 30 à 52% dans le traitement d’une attirance homosexuelle non désirée. Masters et Johnson affirmaient avoir un taux de succès de 65% après un suivi de cinq ans. D’autres spécialistes font état d’un taux de succès allant de 30 à 70%. » Le docteur Robert Spitzer lui-même, celui qui, en 1973, fut l’un de ceux qui contribuèrent le plus à ce que l’homosexualité cesse d’être classée parmi les pathologies mentales, reconnaissait en 2001 qu’il existe « des preuves qu’un changement d’orientation sexuelle à la suite d’une thérapie appropriée peut se produire chez certains gays et chez certaines lesbiennes. »
Clairement, seule une partie des homosexuels sont susceptibles de pouvoir changer d’orientation sexuelle, à condition bien évidemment d’être motivés pour le faire. Mais quel que soit le nombre de ceux qui peuvent aboutir à un tel changement, le seul fait qu’il soit possible de changer suffit pour prouver que l’homosexualité n’est pas une condition immuable.
Cette possibilité est anathème pour les activistes homosexuels, aussi ont-ils investi une énergie considérable pour décrédibiliser ceux qui mènent ce genre de thérapie, et même pour les faire interdire. C’est ainsi que, en 2012, la Californie, terre d’élection pour le mouvement homosexuel, a adopté une loi interdisant à un professionnel de la santé mentale d’entreprendre une thérapie visant à changer l’orientation sexuelle d’un patient de moins de dix-huit ans, c’est-à-dire précisément l’âge auquel l’orientation sexuelle est la plus malléable. Les législateurs californiens motivent cette interdiction notamment par les dangers supposés de ce genre de thérapie, dangers qui sont loin d’être prouvés, mais ils ne disent pas un mot des dangers parfaitement avérés du mode de vie homosexuel. Des propositions de loi semblables ont déjà été introduites dans d’autres Etats des Etats-Unis, et on peut penser que certaines d’entre elles finiront par être adoptées. Rien, peut-être, ne montre mieux que le mouvement homosexuel n’a depuis longtemps plus rien à voir avec un quelconque plaidoyer pour la tolérance. Si la tolérance des « modes de vie » et des « sexualités différentes » était son but, que pourrait-il objecter au fait que certains désirent changer d’orientation sexuelle et essayent librement de le faire ? Cela ne fait-il pas précisément partie de la liberté sexuelle qu’il prétend défendre ?
Mais en réalité son but est tout autre : « modifier radicalement la conception qu’a la société de la réalité », faire en sorte que ce qui est objectivement anormal soit considéré comme « sain, naturel et normal », et même comme désirable puisqu’il doit être interdit de chercher de l’aide pour quitter cette condition. D'abord vient le déni de la réalité, puis vient l’obligation de soutenir ce déni, de proclamer publiquement que deux plus deux font cinq. Le mensonge initial ne peut se soutenir que par des mensonges sans cesse renouvelés et par une propagande toujours plus stridente.


C’est ainsi que, très normalement, l’éducation est devenu l’un des théâtres d’opération principal du mouvement gay et lesbien. Les universités américaines sont déjà amplement pourvues en programmes et départements d’études gays et lesbiens, ou LGTB, selon la terminologie adoptée par les activistes homosexuels et reprise sans discussion par les autorités universitaires. Mais cela ne saurait suffire. Pour essayer de faire en sorte qu’un jour tout le monde considère l’homosexualité comme « saine, naturelle et normale, » il est indispensable d’apprivoiser les enfants le plus tôt possible avec cette idée. La promotion de l’homosexualité doit devenir une partie d’une « éducation sexuelle » obligatoire.
Cependant, beaucoup de parents résistent encore fortement à l’idée que leurs enfants pourraient être exposés dès l’école élémentaire à des cours, des films, des lectures sexuellement très explicites et qui présentent l’homosexualité sous un jour attrayant. Conscient de cette difficulté, le mouvement LGTB a donc adopté une approche indirecte.
Cette approche est fort bien expliquée par Kevin Jennings, un homosexuel fondateur du réseau GLSEN (Gay, Lesbian and Straight Education Network), qui se donne officiellement pour mission de faire en sorte que « chaque membre de la communauté scolaire soit considéré et respecté indépendamment de son orientation sexuelle ou de son identité de genre. »
Kevin Jennings, lors d’une conférence donnée en 1995 et intitulée « Gagner la guerre culturelle », détaillait ainsi la stratégie rhétorique employée par son organisation.

« Si la droite radicale parvient à nous dépeindre comme des prédateurs d’enfants, nous perdrons. Leur langage est plein d’insinuations subtiles et moins subtiles – « promouvoir l’homosexualité » en est un exemple – comme quoi nous nous en prendrions à leurs enfants. Nous devons apprendre de la lutte pour l’avortement, où l’appropriation intelligente du terme « pro-vie » a permis à ceux qui s’opposaient à l’avortement de présenter la question d’une manière avantageuse pour eux, afin de faire en sorte de ne pas nous retrouver coincés avant même que le débat commence. Dans le Massachusetts, la clef du succès pour la Commission Gouvernementale sur les Jeunes Gays et Lesbiennes a été une présentation efficace de la question. Nous nous sommes saisis immédiatement du thème mis en avant par l’opposition – la sécurité – et nous avons expliqué comment l’homophobie représente un danger pour la sécurité des étudiants, en créant un climat dans lequel la violence, les insultes, les problèmes de santé et les suicides sont courants. En titrant notre rapport « Rendre les écoles sûres pour les jeunes gays et lesbiennes », nous avons automatiquement placé nos opposants sur la défensive et nous leur avons subtilisé leur meilleure arme. Cette manière de présenter la question a court-circuité leurs arguments et les a forcé à faire machine arrière dès le premier jour du débat. Trouver la bonne manière de tourner le débat est la clef du succès pour notre communauté. Elle doit être liée à des valeurs universelles que tout le monde partage. Dans le Massachusetts personne ne pouvait contester la manière dont nous présentions la question et dire « mais bien sûr, je pense que les étudiants devraient se suicider » : ceci nous a permis de poser les termes du débat. »

Et de fait, Kevin Jennings a été tellement efficace dans son activité de lobbyiste LGTB qu’il a été recruté par l’administration Obama pour servir au ministère de l’éducation, comme sous-secrétaire-adjoint de The Office of Safe and Drug-Free Schools, poste qu’il a occupé pendant deux ans, et que le réseau GLSEN comporte aujourd’hui 4000 ( !) clubs associés à travers tout le pays chargés de disséminer la bonne parole dans les écoles et les universités.
GLSEN bénéficie désormais du soutien de sponsors prestigieux, comme Google, HBO, American Express, Goldman Sachs, etc. qui lui permettent de disposer d’une trésorerie plus qu’abondante et de distribuer des livres, des films, des « kits pédagogiques », d’organiser des évènements dans tous les Etats-Unis.
Robert Reilly détaille quelques-uns des documents de propagande utilisés par GLSEN, documents qui tous, sous couvert de promouvoir la tolérance et de lutter contre « l’homophobie » qui mettrait en danger la vie des jeunes homosexuels, promeuvent réellement l’homosexualité. Il est d’autant moins utile de reprendre cette description ici que nous avons désormais largement l’équivalent en France. Et, en France comme aux Etats-Unis, la possibilité pour les parents de faire échapper leurs enfants à cette propagande parfois franchement obscène se réduit peu à peu. « L’objection de conscience » ne saurait être tolérée éternellement dès lors que les pouvoirs publics font leur l’objectif de « créer une société dans laquelle l’homosexualité sera considérée comme saine, naturelle, et normale », car pourquoi refuser que ses enfants soient exposés à la propagande LGTB si ce n’est parce que l’on considère, en définitive, que l’homosexualité n’est ni saine, ni naturelle ni normale ? Dans le Massachusetts, qui autorise les « mariages » homosexuels depuis 2003, les parents ont désormais perdus le droit de demander à être avertis lorsque les écoles utilisent du matériel LGTB ou bien à ce que leurs enfants soient dispensés d’assister à ces cours.


Le mouvement homosexuel, qui est parvenu en France et dans d’autres démocraties libérales à imposer le « mariage » homosexuel, et qui a de bonnes chances d’y parvenir dans l’ensemble des Etats-Unis, nous demande à tous de vivre dans le mensonge, de considérer comme « sain, naturel et normal » ce qui ne l’est pas. Cette demande ressemble chaque jour davantage à une exigence à laquelle il est impossible de se soustraire, et chaque succès du mouvement homosexuel renforce ses tendances coercitives.
Dans l’Etat de Washington, une fleuriste s’est vu intenté un procès parce qu’elle avait refusé de faire une composition florale pour un « mariage » homosexuel. Le propriétaire d’un hôtel dans le Vermont a été condamné à une forte amende pour avoir refusé d’accueillir la cérémonie de « mariage » de deux lesbiennes. Un photographe au Nouveau-Mexique qui avait refusé de photographier un tel évènement a été reconnu coupable de « discrimination en fonction de l’orientation sexuelle », et soumis lui aussi à une amende conséquente. Un juge à Hawaii a condamné une femme qui refusait de louer une chambre à un couple de lesbienne dans son Bed and Breakfast. Une femme afro-américaine a perdu son emploi à l’université de Toledo parce qu’elle avait publié dans le journal local un éditorial dans lequel elle contestait le parallèle entre le mouvement gay et la lutte pour les droits civiques des afro-américains. Et cela n’est certainement que le début.
Le mensonge doit nécessairement s’institutionnaliser pour espérer survivre, au moins pendant un temps. Car bien sûr, on peut légitiment penser que la réalité finira inévitablement par triompher, un jour où l’autre. Mais que le mensonge doive tôt ou tard s’effondrer n’enlève strictement rien à la nécessité de le combattre dès aujourd’hui, et alors même qu’il semble chaque jour plus fort.
Le « mouvement homosexuel » est un vecteur particulièrement puissant du relativisme théorique qui est, à terme, mortel pour la démocratie libérale, démocratie libérale qui repose précisément sur l’idée que l’homme a une certaine nature et certaines finalités naturelles. Il est aussi, et pour la même raison, un vecteur de la destruction de la famille dite traditionnelle, qui est tout à la fois une condition essentielle de l’épanouissement de l’être humain et le fondement sur lequel reposent nos régimes démocratiques.
Surtout, le « mouvement homosexuel » est par essence despotique. Ce qui est en jeu, à chacune de ses avancées, ce sont tout simplement nos libertés individuelles, et particulièrement les libertés religieuses, dans la mesure où aucune des trois grandes religions monothéistes ne considère l’homosexualité comme « saine, naturelle et normale », pour dire le moins.
Le « mouvement homosexuel » ne concerne donc pas qu’une toute petite partie de la population, il nous concerne tous : aucun domaine de la vie politique et sociale ne sera épargné par ses avancées, c’est une certitude. Ainsi, dans le cas de la France, que la loi sur le « mariage pour tous » ait été adoptée ne change rien, la lutte doit bien évidemment continuer. Non seulement pour abroger cette loi, ce qui est tout à fait possible en dépit de ce qui est parfois affirmé par ses partisans, mais plus largement pour réfuter les prétentions des activistes homosexuels à « modifier radicalement la conception qu’a la société de la réalité. » La réalité, certes, n’a pas besoin d’être défendue, mais les générations d’hommes qui vivront les conséquences dévastatrices de ce mensonge si nous ne faisons rien, elles, ont besoin d’être défendues.
L’homosexualité peut, et même doit être tolérée. Elle ne saurait être moralement approuvée et traitée comme saine, naturelle et normale. Après avoir lu le livre de Robert Reilly, plus personne ne pourra prétendre qu’il ne comprenait pas les enjeux de cette question.




[1] A ce propos on lira avec profit « The biology of homosexuality : science or politics ? » dans Homosexuality and American public life, ed Christopher Wolfe.

12 commentaires:

  1. " Autrement dit, si l’homosexualité est un trait inné qui ne peut être changé, pas plus qu’un Noir ne saurait devenir un Blanc ni une femme un homme..."
    C'est une affirmation qui demande tout de même à être prise avec des pincettes...nous avons tous plusieurs exemples...qui semblent prouver le contraire...

    Humour, évidemment...

    Je repasse plus tard,

    Bien à vous cher Aristide.

    Je vous recommande aussi ce reportage issu de l'émission l'effet papillon sur c+ et notamment la réaction du lobby homosexuel à partir de la 5ème minute:

    http://www.canalplus.fr/c-infos-documentaires/pid3356-c-effet-papillon.html?vid=1215811

    RépondreSupprimer
  2. plus ça va plus j'ai l'impression que le combat est perdu d'avance On a changé de mode de vie et de civilisation et je ne pense pas qu'un retour en arrière soit possible, en tout cas si retour en arrière il y a, ce ne sera pas de notre fait (suivez mon regard) Notre civilisation est devenue principalement matérialiste parce que de nos jours, contrairement au monde d'avant, on n'a plus vraiment besoin d'ouvriers, de paysans, de chefs et de soldats courageux, forts et travailleurs pour que le monde tourne rond le capitalisme mondialisé a juste besoin de bons consommateurs qui rapportent davantage a la collectivité qu'il n'en coutent (voila pourquoi de nos jours les retraités grabataires handicapés malades et chomeurs de longue durée sont tant ostracisés) Tout cela pour dire que le capitalisme mondialisé n'a nul besoin d'ordre pour fonctionner (au contraire il s'accomode très bien du désordre, les crises économiques et autres guerres ne semblant pas l'affaiblir le moins du monde au contraires) Si on veut vraiment retrouver en partie le monde d'autrefois, il faudrait faire de lourds sacrifices dont je pense que la plupart de mes concitoyens sont incapables La décroissance doit avoir lieu dans tous les domaines Moins de consommation de nourriture, surtout les viandes, le gras et le sucré, changer moins souvent de telephone portable, priviliegier les filières locales, nationales et a la rigueur européennes sur tout le reste Moins de travail des femmes (de travail salarié en tt cas) travail des femmes qui cause chomage et dénatalité (les chiffres sont cruels une femme qui travaille divorce souvent et fait peu d'enfants) Une vie sexuelle moins libre interdiction de toute relation sexuelle avant age de majorité sexuelle, si majorité sexuelle accord des parents obligatoire (sinon punition du jeune heures de colle, copier 1000 fois mon corps ne m'appartient pas, du moins pas encore, séjour en pension etc) Les femmes divorcent pour une raisons très simple, elles sont biologiquement formatées pour trouver le compagnon idéal, le meilleur père (surtout le meilleur capital génétique en l'occurrence) pour leurs enfants celui qui leur assurera le plus de sécurité financière et qui lui apportera le plus de plaisir sexuel-amoureux pas de différence pour une femme Si l'argent les preuves d'amour (cadeaux, mots doux, etc) le plaisir sexuel viennent a manquer, une femme sera toujours insatisfaite et son cerveau la poussera a chercher a tout prix du sang neuf pour "mener une nouvelle vie" "un nouveau départ" comme elles disent Les femmes modernes ont juste oublié que la vie est tragique et injuste et que le bonheur et la perfection ne sont pas de ce monde (ou qu'ils ne peuvent durer qu'un infime moment comme pour nous foutre encore plus la rage et nous donner de faux espoirs) Mais comme notre monde actuel veut au contraire nous faire croire que le paradis est pour demain, ce sont les plus naifs (les idiots, les "exclus" en tout genre, les workahlcoolics, les femmes, les "jeunes", les utopistes gauchos soixante huitard ou libéraux-libertariens) qui sont a la fois les victimes et les vecteurs des travers du monde moderne Je ne dis pas comme le ferait les cathos intégristes, qu'il faut nécessairement vivre dans la souffrance pour exister et aller au paradis juste que la recherche de la perfection du paradis sur terre de la societé idéale de la déification de l'etre humain (recherche du prince charmant de l'ame soeur starification zidane cristiano ronaldo claude françois one direction voire sartre bhl et pujadas) sont des recherches sans fin et sans retour (autant rechercher le graal ou l'arche d'alliance)

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  4. J'aime beaucoup la conclusion de ce long exposé et si celle ci est vôtre, mille fois bravo.

    RépondreSupprimer
  5. Particulièrement intéressant !
    Pour rester dans le "médical" et rebondir sur les bossus (en tout bien tout honneur) : je pense que s'ils étaient plus nombreux et revendicatifs ils pourraient bien obtenir qu'on retire la gibbosité de la liste de pathologies du dos non ? vous me direz que ce serait marcher sur la tête ! Et bien quoi, c'est une façon comme une autre de marcher et qui en vaut certainement une autre. Soyons fous !

    RépondreSupprimer
  6. La gibbophobie est un fléau trop méconnu de notre temps. Il est grand temps d'organiser une marche des fiertés boiteuses, bancroches et tordues. La bosse dans le dos ou le pied-bot sont des styles de vie comme les autres !

    RépondreSupprimer
  7. Bien . je dois avouer que la lecture de vos 3 épisodes ont fait naître chez moi un certain malaise que rien n'a hélas pu dissiper: Aristide est-il homophobe ( pour faire simple) ou se contente-t-il de n'être que l'interprète de Reilly ?...

    Un exemple parmi d'autres: Par les mots et le ton employés, le passage sur le retrait de l'homosexualité du DSM laisserait à penser que vous regrettez ce retrait. Et regretter ce retrait laisserait donc supposer que vous ( ou Reilly ? ) considèrez l homosexualité comme une maladie mentale

    De plus, j'aimerais être sûr que certains de vos lecteurs et vous-même ne soyez pas tenté par amalgamer " mouvement homosexuel " avec l'homosexuel de base qui ne veut surtout pas être associé à ce militantisme.
    cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Corto,

      Prenons les choses dans l’ordre. Tout d’abord je récuse catégoriquement le concept même « d’homophobie », que je classe parmi les « mots de l’ennemi », au même titre par exemple que « l’islamophobie ». Il s’agit d’un concept inventé pour psychiatriser et criminaliser ceux qui sont en désaccord avec les revendications des activistes homosexuels. Je revendique, moi, une totale liberté de penser et de discuter, sans préjugés, au sujet de l’homosexualité, comme de toute autre chose.

      En ce qui concerne l’homosexualité comme maladie mentale. L’homosexualité doit elle être considérée comme une maladie mentale ? Je n’en sais rien. La vérité, me semble-t-il, est que nous ne savons à peu près rien au sujet de l’étiologie de l’homosexualité – comme d’ailleurs au sujet de la plupart de ce qu’on appelle les maladies mentales. Donc je ne peux pas répondre à cette question, car je ne sais pas si l’homosexualité doit être considérée comme appartenant à la même catégorie que, mettons, la schizophrénie. Et le passage sur la sortie de l’homosexualité du DSM n’a pas pour but de dire que l’homosexualité devrait être considérée comme une maladie mentale, mais simplement de montrer que sa déclassification n’a rien à voir avec les progrès de la science, et tout à voir avec l’activisme homosexuel.
      Par ailleurs, dès lors que l’on admet, comme vous le faites, que l’homosexualité ne peut pas être considérée comme « naturelle et normale », je ne vois pas de raison de s’offusquer de ce que certains estiment que l’homosexualité est une condition psychiatrique pathologique. Cela peut être vrai ou faux, je ne sais pas, mais c’est une position défendable.

      Enfin, sur le fait que certains de mes lecteurs pourraient être tentés d’amalgamer le « mouvement homosexuel » et l’homosexuel de base, il est évidemment toujours possible que certains lecteurs tirent de mes textes des conclusions qui n’y sont pas, mais je crois avoir pris suffisamment de précautions contre cela et avoir suffisamment indiqué, dans mon texte, quelle est ma position à ce sujet.
      Mais je dois dire que les seuls qui pourraient vraiment éviter que l’on identifie ces deux choses effectivement différentes, ce sont les « homosexuels de base » justement, en prenant la parole et en disant haut et fort : « pas en notre nom ! »
      A ce sujet j’avais d’ailleurs beaucoup apprécié cette capacité à « penser contre vous-même » dont vous aviez fait preuve au moment du passage de la loi sur le « mariage pour tous. » C’était là une belle preuve que, contrairement à ce que prétendent les activistes homosexuels, nous ne sommes pas définis par notre « orientation sexuelle » et que nous avons tous, ou que nous devrions tous avoir, la raison en commun.

      Supprimer
    2. Cela dit Corto, vous devez reconnaître que vous avez un petit côté militant et revendicatif malgré tout. Le décorum de votre blog le montre assez. Impossible de louper que l'on est sur le blog d'un "gay". Si vous étiez parfaitement cohérent avec votre discours sur l'homo de base qui veut juste qu'on le laisse tranquille, vous n'afficheriez pas votre homosexualité partout.

      C'est d'ailleurs un peu la contradiction d'Aristide quand il explique que les homos de base devraient se faire entendre pour dire "notinmyname". C'est incohérent, l'homo de base ne veut pas se définir socialement comme homo, il ne va donc pas s'exprimer publiquement et médiatiquement pour dire "moi je suis homo mais pas comme ceux des mouvements LGBT". Il mène simplement sa vie et il a bien raison.

      Le terme de maladie mentale renvois à tellement de choses qu'il est logique qu'il heurte les homosexuels. Etre homosexuel ce n'est pas comme être schizophrène ou psychotique.

      Pour autant la psychiatrie identifie de nombreuses choses comme constituant des troubles de la personnalités ou des désordres psychique, à ce titre l'homosexualité peut potentiellement en faire partie.

      Ce qui m'a frappé dans le texte d'Aristide, c'est surtout le fait qu'aujourd'hui un homosexuel insatisfait de sa condition et qui souffre de son penchant ne peut trouver aucun secours auprès d'un médecin. Ce dernier étant désormais obligé de lui dire qu'il est normal, et qu'il doit simplement accepter son homosexualité, alors même que peut être celle-ci est en opposition avec tout ce en quoi il croit. Il ne restera plus qu'à cet homosexuel contrarié à chercher de l'aide auprès de charlatans divers liés à des églises et qui promettent de "guérir" de l'homosexualité.

      Le caractère flottant de l'homosexualité entre l'âge de 15 ans et celui de 25-26 ans, et que l'on a tous plus ou moins constaté autour de nous si tant est que l'on soit observateur, est habilement étayé de chiffres précis que j'ai trouvé fort intéressants.

      Supprimer
    3. @Buck Dany: J'ai voulu ce "décorum " justement pour que ceux qui me lisent puissent savoir "où ils sont " certains de mes écrits ne pouvant être compris correctement si l on ne sait pas que je suis gay. Et c'est bien le seul endroit au monde :) où je l'affiche.

      Supprimer
    4. @Aristide: " L'homophobie, Il s’agit d’un concept inventé pour psychiatriser et criminaliser ceux qui sont en désaccord avec les revendications des activistes homosexuels. " C'est possible, j'en sais rien. Mais le mot a son sens et son utilité. Comment sinon qualifier, par exemple, un acte violent dont le seul mobile est justement l'homosexualité de la victime ?

      "en prenant la parole et en disant haut et fort : « pas en notre nom ! " certainement pas cela deviendrait du militantisme, je préfère vivre peinard, j apprécies trop la tronche de certains quand ils réalisent que je suis gay. Il y en a même eu un pour me dire " c'est dingue pourtant t as l air normal " :) On est toujours bons amis et son regard sur les gays a changer du tout au tout

      Supprimer
    5. Je réponds brièvement sur la question du "not in my name".
      Evidemment que l'homosexuel de base n'a pas spécialement envie d'être défini par son homosexualité et n'aspire qu'à vivre peinard et discrètement, du moins je le suppose.
      Le problème c'est qu'il n'a pas nécessairement le choix. A partir du moment ou certains militants bruyants et bien organisés prétendent parler au nom des homosexuels, il faut accepter soit de prendre la parole pour dire que ces gens là ne le représentent pas, soit accepter que peu à peu ces militants soient considérés comme vraiment représentatifs.
      En l'occurrence le silence prolongé finira par être interprété comme un consentement tacite.
      Et de toute façon, ceux que les pouvoirs publics écoutent et à qui ils complaisent, ce sont les petites minorités agissantes, pas les vastes majorités silencieuses.
      Le "militantisme" c'est un peu comme la course aux armements : lorsque certains commencent il faut suivre, ou accepter à terme de perdre son indépendance.

      Supprimer

LES COMMENTAIRES ANONYMES SERONT SUPPRIMES SANS AUTRE FORME DE PROCES, ALORS FAITES L'EFFORT DE PRENDRE UN PSEUDONYME OU DE SIGNER VOTRE MESSAGE. MERCI.