Ralliez-vous à mon panache bleu

mardi 22 février 2011

Ach! la discriminazion, gross malheur!



"Quand par exemple certains employeurs s'adressent à des directeurs d'agence d'intérim, on leur dit : "s'il vous plait je ne veux pas d'arabes et de noirs", c'est injuste quand même non?"
Eric Zemmour : "Mais ils ont le droit"
(extrait ICI)
Pour ces cinq mots Eric Zemmour a été condamné le 18 février 2011 pour "provocation à la discrimination". Juridiquement Eric Zemmour avait évidemment tort : la loi punit bien ce genre de comportements. Mais il est non moins évident qu'Eric Zemmour, dans sa réponse, ne faisait pas référence au droit positif mais au droit naturel, pour emprunter le langage de la théorie du droit. Les employeurs devraient pouvoir embaucher qui ils veulent sur les critères de leur choix. A strictement parler, Eric Zemmour a donc été condamné pour avoir dit que les lois visant à sanctionner la discrimination à l'embauche sont injustes.
On peut bien sûr regretter qu'Eric Zemmour n'ait pas apporté les nuances et les précisions nécessaires que sa position appelait, et en cela il est incontestablement très coupable. Que ne pouvait-il prendre modèle sur ses contradicteurs, tel par exemple Dominique Wolton, dont chacune des sentences est pesée au trébuchet de la raison et appuyée sur une volumineuse documentation? Dominique Wolton sait bien, lui, que s'il assénait péremptoirement : "la diversité est une chance, c'est un fait" il s'exposerait à des ennuis avec la justice, qui ne badine pas avec la précision du langage et la qualité de l'argumentation. Par conséquent, il n'avance jamais rien qu'il ne puisse prouver à la satisfaction de tous.
Mais ce point mis à part, que pouvons-nous penser de l'idée selon laquelle les employeurs devraient être libres de refuser d'embaucher qui ils veulent pour les raisons qu'ils veulent?
Au risque de m'exposer à mon tour aux foudres de la loi (ce qu'à Dieu ne plaise!) j'oserais avancer que cette position me parait justifiée. Non pas parce que j'approuverais l'employeur qui refuserait d'embaucher quelqu'un uniquement parce qu'il est noir, jaune, brun, femme, homosexuel, etc et qu'il n'aime pas les noirs, les jaunes, les bruns, les femmes, les homo etc. Refuser d'embaucher un collaborateur de valeur uniquement pour ces raisons me semble être une forme de bêtise. Simplement, un gouvernement qui prétend éliminer cette forme de bêtise est un gouvernement qui ne peut manquer de devenir tyrannique, car il se mettra très vite à traquer des pensées et des sentiments. A moins, en effet, que l'employeur en question soit aussi assez stupide pour dire au candidat "casse-toi sale....(au choix)" - ce qui deviendra rapidement très rare - comment donc mettre au jour la malfaisante "discrimination"? En pratique cela est presque toujours impossible, car cela revient à demander quels sentiments l'employeur éprouve vis à vis du candidat qu'il rejette. Pour contourner cette gênante incapacité (on l'espère provisoire) à lire au fond de nos âmes, on en viendra très vite à renverser la charge de la preuve : la discrimination sera présumée si vous n'embauchez pas ...(au choix), sauf si vous parvenez à prouver au delà de tout doute raisonnable que vous n'entendiez absolument pas "discriminer"; ce qui revient à peu près à prouver que vous avez bien le coeur pur.
En pratique on supposera donc que "discrimination" il y a si votre entreprise ne comporte pas un certain pourcentage de..., et de..., et encore de... Pour éviter les ennuis judiciaires qui ne manqueront pas de s'ensuivre, et dont vous n'avez à peu près aucune chance de sortir indemne, les entreprises préfèreront embaucher des quotas de..., et de... et encore de..., sans trop se soucier de leurs qualités professionnelles, et donc en évinçant des candidats plus qualifiés mais, hélas pour eux, non diversifiés. Les entreprises, mais aussi toutes les administrations, les universités, les associations etc. Parallèlement, pour traquer la "discrimination" dans les recoins les plus obscurs, des administrations spécialisées seront mises en place, remplies de fonctionnaires zélés ayant toute latitude pour amener à résipiscence les "discriminants" de tout poil. Bientôt l'arbitraire administratif et le caprice judiciaire régneront sans partage.
Comment? Ah non, ce n'est pas moi qui ai parlé de la Halde, ni de la 17ème chambre correctionnelle. Et pas non plus de discrimination positive, de parité ou de convention ZEP. Je vous laisse la responsabilité de vos propos.
Mais alors, me dira-t-on peut-être, vous accepteriez que des commerçants apposent sur leur vitrine des panneaux "interdits aux chiens et aux juifs" comme aux-heures-les-plus-sombres-de-notre-histoire (fort heureusement ces temps-là sont passés)? Hein? Hein?
Eh bien, non. De tels écriteaux me semblent relever de l'insulte : ils sont une sorte de "casse-toi pov'con" proféré à très haute voix, susceptibles donc d'entrainer des réactions violentes de la part des intéressés. Par conséquent ils pourraient légitimement être proscrits par le législateur; non pas pour "provocation à la discrimination" mais pour trouble à l'ordre public.
Autrement dit l'attitude convenable me parait être celle du "Don't ask, don't tell". Abstenez vous d'insulter publiquement vos concitoyens et on s'abstiendra de vous demander ce que vous pensez d'eux ou pourquoi vous ne les embauchez pas. Après tout, si la diversité est une richesse, comme nous en sommes tous convaincus (Amen!) les employeurs qui se privent de cette diversité ne devraient pas tarder à être distancés par leurs concurrents, puis à faire faillite, n'est-ce pas?

2 commentaires:

  1. Très bon article. Ce sujet m’intéresse beaucoup car je sens aussi qu’il touche à quelque chose de bien plus important qu’il ne semble ... c’est beaucoup plus clair après vous avoir lu.

    RépondreSupprimer
  2. Merci chère dixie. Il n'y a qu'a regarder ce qui se passe aux Etats-Unis pour voir quelle source infinie de maux est cette obsession de la "discrimination". Malheureusement nous allons à grandes enjambées dans la même direction.

    RépondreSupprimer

LES COMMENTAIRES ANONYMES SERONT SUPPRIMES SANS AUTRE FORME DE PROCES, ALORS FAITES L'EFFORT DE PRENDRE UN PSEUDONYME OU DE SIGNER VOTRE MESSAGE. MERCI.