Ralliez-vous à mon panache bleu

vendredi 4 mai 2012

Présidentielle 2012 : Hélas, lui n'est pas candidat



En cette déprimante saison d’élection, alors qu’apparaissent plus nettement que jamais la gravité des problèmes qui nous assaillent et la médiocrité de ceux qui se proposent de les régler, la tentation est grande de s’abandonner à la délectation morose et de ressasser notre infortune. Pour chasser cette perfide humeur noire je vous propose donc de nous délecter ensemble d’un puissant et salutaire cordial, de l’espèce de ceux que l’on conserve précieusement au fond de sa cave afin d’en user aux grandes occasions.
Plusieurs flacons s’offrent à moi, mais mon choix se portera sur un fortifiant d’outre-manche aux vertus éprouvées. L’étiquette, à peine poussiéreuse, porte l’alléchante inscription : Winston Churchill Speeches - Old English Tonic -Use without moderation. Et pour ajouter le plaisir de la découverte à celui de la dégustation, j’ai choisi un millésime, je veux dire un discours, peu connu, prononcé par Sir Winston dans les locaux de la Royal Society of St George le 24 avril 1933.
Un discours radiodiffusé (ce détail a son importance, comme vous le verrez) que j’ai recopié et traduit pour vous de mes petites mains. Ah, vous ne pourrez pas dire que je ne vous gâte pas !
La situation décrite par Churchill dans ce discours m’a paru si ressemblante avec la nôtre qu’il m’a semblé presque criminel de ne pas vous le faire partager. Mais je vous laisse faire par vous-mêmes les légères transpositions nécessaires pour l’adapter aux circonstances présentes.
Un mot de contexte historique, toutefois, avant de vous le laisser déguster, pour vous permettre de mieux apprécier son bouquet.
Durant les années 1930, Winston Churchill n’était plus qu’un simple député et beaucoup considéraient que les portes du gouvernement lui étaient définitivement fermées. A l’intérieur même de son parti, rares étaient ceux qui approuvaient ses positions. Dans un Royaume-Uni rongé par le pacifisme et le doute, les mises en garde de Churchill ne rencontraient guère d’échos, tout au moins dans les classes dirigeantes. Les Premiers Ministres qui se succédaient poursuivaient invariablement la même politique d’appeasement vis à vis des tyrannies continentales ; une politique soutenue sans vergogne par les dirigeants la BBC. Churchill éprouvait donc les plus grandes difficultés pour accéder aux ondes de la radio nationale et devait même ruser avec les censeurs de la BBC pour ne pas voir ses discours brusquement coupés en pleine diffusion.
Et maintenant place au maître. Enjoy !

***

(En VO)
“I am a great admirer of the Scots. I am quite friendly with the Welsh, especially one of them. I must confess to some sentiment about Old Ireland, in spite of the ugly mask she tries to wear[1]. But this is not their night. On this one night in the whole year we are allowed to use a forgotten, almost a forbidden word. We are allowed to mention the name of our own country, to speak of ourselves as “Englishmen” and we may even raise the slogan “Saint George for Merrie England[2]”.
We must be careful, however. You see these microphones ? They have been placed on our tables by the British Broadcasting Corporation. Think of the risk these eminent men are running. We can almost see them in our mind’s eye, gathered together in that very expensive building, with the questionable statues on its front. We can picture sir John Reith[3], with the perspiration mantling on his lofty brow, with his hand on the control switch, wondering, as I utter every word, whether it will not be his duty to protect his innocent subscribers from some irreverent thing I might say about Mr Gandhi[4], or about the Bolsheviks, or even about our peripatetic Prime Minister[5]. But let me reassure him. I have much more serious topics to discuss. I have to speak to you about St George and the Dragon. I have been wondering what would happen if that legend were repeated under modern conditions.
St George would arrive in Cappadocia, accompanied not by a horse, but by a secretariat. He would be armed not with a lance, but with several flexible formulas. He would, of course, be welcomed by the local branch of the League of Nations Union. He would propose a conference with the dragon - a Round Table Conference, no doubt - that would be more convenient for the dragon’s tail. He would make a trade agreement with the dragon. He would lend the dragon a lot of money for the Cappadocian taxpayers. The maiden’s release would be referred to Geneva, the dragon reserving all his rights meanwhile. Finally, St George would be photographed with the dragon (inset - the maiden).
There are a few things I will venture to mention about England. They are spoken in no invidious sense. Here it would hardly occur to anyone that the banks would close their doors against their depositors. Here no one questions the fairness of the courts of law and justice. Here no one thinks of persecuting a man on account of his religion or race. Here everyone except the criminals, looks on the policeman as the friend and servant of the public. Here we provide for poverty and misfortune with more compassion, in spite of all our burdens, than any other country. Here we can assert the rights of the citizen against the State, or criticise the Government of the day, without failing in our duty to the Crown or in our loyalty to the King. This ancient, mighty London in which we are gathered is still the financial centre of the world. From the Admiralty building, half a mile away, orders can be sent to a Fleet which, thought much smaller than it used to be, or than it ought to be, is still unsurpassed on the seas. More than 80 percent of the British casualties of the Great War were English. More than 80 percent of the taxation is paid by the English taxpayers. We are entitled to mention this facts, and to draw authority and courage from them.
Historians have noticed, all down the centuries, one peculiarity of the English people which has cost them dear. We have always thrown away after a victory the greater part of the advantages we gained in the struggle. The worst difficulties from which we suffer do not come from without. They come from within. They do not come from the cottages of the wage-earners. The come from a peculiar type of brainy people always found in our country, who, if they add something to its culture, take much from its strength.
Our difficulties come from the mood of unwarrantable self-abasement into which we have been cast by a powerful section of our own intellectual. They come from the acceptance of defeatist doctrines by a large proportion of our politicians. But what have they to offer but a vague internationalism, a squalid materialism, and the promise of impossible Utopias ?
Nothing can save England if she will not save herself. If we lose faith in ourselves, in our capacity to guide and govern, if we lose our will to live, then indeed our story is told. If, while on all sides foreign nations are every day asserting a more aggressive and militant nationalism by arms and trade, we remain paralysed by our own theoretical doctrines or plunged into stupor of after-war exhaustion, then indeed all that the croakers predict will come true, and our ruin will be swift and final. Stripped of her Empire in the Orient, deprived of the sovereignty of the seas, loaded with debts and taxation, her commerce and carrying trade shut out by foreign tariffs and quotas, England would sink to the level of a fifth-rate Power, and nothing would remain of all her glories except a population much larger than this island can support.
Why should we break up the solid structures of British power, founded upon so much health, kindliness and freedom, for dreams which may some day come true, but are now only dreams, and some of them nightmares ? We ought, as a nation and Empire, to weather any storm that blows at least as well as any existing system of human government. We are at once more experienced and more truly united than any people in the world. It may well be that the most glorious chapters of our history are yet to be written. Indeed, the very problems and dangers that encompass us and our country ought to make English men and women of this generation glad to be here at such a time. We ought to rejoice at the responsibilities with which destiny has honoured us, and be proud that we are guardians of our country in an age when her life is at stake.”

***

(En VF)
« Je suis un grand admirateur des Ecossais. Je suis assez ami avec les Gallois, particulièrement avec l’un d’entre eux. Je dois confesser que j’éprouve quelque sentiment pour la vieille Irlande, en dépit du masque hideux qu’elle s’efforce de porter. Mais cette nuit n’est pas la leur. En cette unique nuit, la seule de toute l’année, nous sommes autorisés à faire usage d’un mot oublié, un mot presque interdit. Nous sommes autorisés à mentionner le nom de notre pays, à nous appeler nous-mêmes des « Anglais » et nous pouvons même utiliser la formule « St George for merrie England ! »
Cependant nous devons être prudents. Vous voyez ces micros ? Ils ont été placés sur nos tables par la BBC. Pensez aux risques que sont en train de courir ces hommes éminents. Nous pouvons presque les voir, en pensée, rassemblés dans ce très coûteux bâtiment, avec des statues d’un goût contestable sur la façade. Nous pouvons nous représenter Sir John Reith, avec sa main sur le bouton de commande, la transpiration perlant sur son front altier, se demandant, tandis que je prononce chacun de ces mots, s’il ne sera pas de son devoir de protéger ses innocents abonnés de quelque propos irrévérencieux que je pourrais tenir sur monsieur Gandhi, ou sur les Bolchéviques, ou même sur notre Premier Ministre ambulant. Mais je veux le rassurer. J’ai à discuter de sujets bien plus sérieux. Je dois vous parler de Saint Georges et du Dragon. Je me suis demandé ce qu’il adviendrait si la légende se répétait aujourd’hui, dans des conditions modernes.
Saint Georges arriverait en Cappadoce accompagné non pas par un cheval mais par un secrétariat. Il serait armé non pas d’une lance mais de diverses formules flexibles. Il serait, bien entendu, accueilli par la section locale de la Société des Nations. Il proposerait de tenir une conférence avec le dragon - une table ronde, sans aucun doute - ce qui serait plus commode pour la queue du dragon. Il conclurait un accord de commerce avec le dragon. Il prêterait beaucoup d’argent au dragon pour le donner aux contribuables de Cappadoce. La libération de la jeune fille serait soumise à Genève [siège de la Société des Nations], le dragon conservant tous ses droits en attendant. Enfin, Saint Georges serait photographié avec le dragon (entre eux deux - la jeune fille).
Il y a certaines choses que je vais me permettre de mentionner à propos de l’Angleterre. Elles sont dites sans intention désobligeante. Ici il ne viendrait à l’idée personne que les banques puissent fermer leurs portes à leurs déposants. Ici personne ne remet en cause l’équité des cours de justice. Ici personne ne pense à persécuter un homme à cause de sa race ou de sa religion. Ici chacun, à l’exception des criminels, considère le policier comme l’ami et le serviteur de la population. Ici, en dépit de tous les fardeaux que nous portons, nous secourons la pauvreté et l’infortune avec plus de compassion que dans n’importe quel autre pays. Ici nous pouvons défendre les droits du citoyen contre l’Etat, ou bien critiquer le gouvernement du moment, sans pour autant manquer à notre devoir envers la couronne ou à notre loyauté envers le Roi. Cette puissante et ancienne ville de Londres dans laquelle nous sommes réunis est toujours le centre financier du monde. Du bâtiment de l’Amirauté, distant de moins d’un kilomètre, des ordres peuvent être envoyés à une flotte qui, bien qu’elle soit de taille très inférieure à ce qu’elle a été, ou à ce qu’elle devrait être, est toujours sans rival sur les mers. Plus de 80% des victimes britanniques de la Grande Guerre étaient anglaises. Plus de 80% des impôts sont payés par le contribuable anglais. Nous sommes en droit de mentionner ces faits, et d’en tirer courage et autorité.
Les historiens ont remarqué, au cours des siècles, une particularité du peuple anglais qui lui a été très préjudiciable. Nous avons toujours, après une victoire, abandonné la plus grande partie des gains que nous avions remporté de haute lutte. Les pires difficultés dont nous souffrons ne viennent pas de l’extérieur. Elles viennent de l’intérieur. Elles ne viennent pas du modeste pavillon du salarié. Elles viennent d’une certaine sorte de brillants esprits que l’on trouve toujours dans ce pays et qui, s’ils ajoutent quelque chose à sa culture, retranchent beaucoup de sa force.
Nos difficultés proviennent de l’injustifiable mépris de nous-mêmes dans lequel nous avons été plongés par une partie influente de nos propres intellectuels. Elles viennent de l’acceptation de doctrines défaitistes par une grande partie de nos hommes politiques. Mais qu’ont-ils donc à offrir en dehors d’un vague internationalisme, d’un matérialisme sordide et de la promesse d’impossibles utopies ?
Rien ne pourra sauver l’Angleterre si elle ne se sauve pas elle-même. Si nous perdons notre foi en nous-mêmes, en notre capacité à guider et à gouverner, si nous perdons notre volonté de vivre, alors, en effet, notre histoire est terminée. Si, tandis que de tous côtés les autres nations font chaque jour preuve, par le commerce et par les armes, d’un nationalisme plus actif et plus agressif, nous restons paralysés par nos doctrines abstraites ou bien plongés dans la stupeur induite par l’épuisement qui suit la guerre, alors, en effet, tout ce que prédisent les oiseaux de mauvais augure deviendra réalité, et notre anéantissement sera rapide et définitif. Dépouillée de son empire en Orient, privée de sa souveraineté sur les mers, surchargée de dettes et d’impositions, son commerce et son transport maritime étouffés par les barrières douanières et les quotas étrangers, l’Angleterre tomberait au niveau d’une puissance du cinquième rang et rien ne demeurerait de toute sa gloire passée, à l’exception d’une population bien trop importante pour subsister sur cette île.
Pourquoi devrions-nous briser la solide structure de la puissance britannique, qui est assise sur des fondements si sains, sur tant de bonté et de liberté, pour l’échanger contre des rêves dont certains deviendront peut-être réalité mais qui sont aujourd’hui seulement des rêves, et pour certains d’entre eux des cauchemars ? Nous devrions, en tant que nation et en tant qu’empire, être en mesure de traverser toutes les tempêtes au moins aussi bien que n’importe quel autre système de gouvernement existant. Nous sommes à la fois plus véritablement unis et plus expérimentés que n’importe quel peuple de par le monde. Il est fort possible que les chapitres les plus glorieux de notre histoire soient encore à écrire. Bien plus, les problèmes et les dangers qui nous assaillent, nous et notre pays, devraient rendre chaque Anglaise et chaque Anglais de cette génération heureux de se trouver ici en ce moment. Nous devrions nous réjouir des responsabilités dont la destinée nous a honoré, et être fiers d’être les gardiens de notre patrie à un moment ou son existence même est en jeu. »



[1] L’Irlande sortait alors de la guerre civile et la République d’Irlande venait de se séparer du Royaume-Uni.
[2] Saint George est le saint patron de l’Angleterre. Sa croix orne le drapeau anglais.
[3] Premier directeur-général de la BBC, de 1927 à 1938.
[4] Fervent défenseur de l’empire des Indes, Churchill avait peu de sympathie pour Gandhi, du moins à cette époque : “It is alarming and also nauseating to see Mr. Gandhi, a seditious middle temple lawyer, now posing as a fakir of a type well known in the east, striding half-naked up the steps of the viceregal palace, while he is still organizing and conducting a defiant campaign of civil disobedience, to parley on equal terms with the representative of the king-emperor.”
[5] Ramsay Macdonald, renommé pour son amour des conférences internationales.

11 commentaires:

  1. Merci Aristide,

    Il s agit du discours d' un homme qui aimait son pays et qui croyait en son peuple.

    De nos jours qui pourrait dire un tel discours certainement pas notre président normal qui aurait trop de s'effrayer lui même.

    Quant à Churchill, sa carrière fut autrement plus glorieuse que celle de notre président normal.

    L' un fut le témoin actif de la dernière charge de cavalerie de 'histoire de l' armée de son pays et l' autre sera le président normal qui amènera la France à sa perte.

    L' un est un lion, l' autre rien.

    RépondreSupprimer
  2. Rien à retirer, tout à conserver pieusement et à transposer.

    RépondreSupprimer
  3. Quel beau billet pour ne pas s'effondrer dimanche soir ! merci Aristide !

    RépondreSupprimer
  4. Grandpas, Carine, Dixie : vous faites bien de me remercier tous les trois. Je prends beaucoup de risques en publiant ce billet : il parait qu'Anders Breivik admirait Churchill. Autant dire que sous le règne de François le dernier parler de sir Winston risque fort de vous valoir un passage devant la 17ème chambre correctionnelle, dans le meilleur des cas.
    Profitons-en tant qu'il en est encore temps.

    RépondreSupprimer
  5. Churchill président !

    Halala, quand je pense qu'on va devoir supporter l'ami Mollette pendant cinq ans ! Il a un phrasé encore plus désagréable que Sharcoux !

    RépondreSupprimer
  6. Churchill...Je suis peu être brouillon,les infos que je lis sur de nombreux blogs peuvent se confondre dans ma memoire..Mais c'est bien Lui qui a eu loisir d'agir en 39-45..autorisant bombardementS "allié" d'un grand nombre de villes Française,tuant des milliers de civils Français,les dechiquetants ET le sachant.Aussi a t il agit de maniere bien plu atroce sur des villes Allemandes(Dresde Hambourg etc)..Il savait que la chaleur des bombes non conventionnelles irait jusqu'a faire fondre les tissus humains(civils bien entendu)..ressemblant peut être a notre bout de beurre fondant dans la casserole;inimaginables flaques graisseuses suintantes dans les sous sols servant d'ultimes abris..
    Sympa Chinchilla,humain.
    Au plaisir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois aussi me souvenir qu'il a un jour marché sur les pieds de quelqu'un sans s'excuser. En cherchant bien sur les nombreux blogs que vous lisez vous devriez retrouver sans peine.
      Sinon, il n'y de place sur ce blog ni pour les anonymes ni pour les abrutis.
      Deux raisons pour vous de ne jamais y revenir.

      Supprimer
    2. Monsieur l' anonyme,

      Les blogs sur lesquels vous trouvez ces informations commettent des erreurs, c'est le Marshal of the Royal Air Force Sir Arthur Travers Harris ou "Bomber" Harris, Air Officer Commanding-in-Chief qui fit bombarder les villes allemandes mais un certain Adolf Hitler qui envoya ces avions sur les villes anglaises lors du Blitz sans parler des armes V qui s’écrasèrent sur Londres et certaines villes hollandaises libérées.

      Le semeur de vent récoltait la tempête.

      Supprimer
  7. votre reponse à Anonyme est quelque peu decevante, Aristide. Quelque soit le nom, tous ici sommes anonymes, et les actions de Churchill en tant que président, malgré le joli pipeau qu'il nous sort, comme nos amis Sarkozy (qui accroche meme Pétain à sa veste) et Hollande notre bienfaiteur, ne furent pas toujours reluisantes.Par ailleurs bombarder le nord de la France comme il l'a fait, avec rage (quelque soit les generaux, il en est responsable)ne peut se comparer comme vous le faites.
    D'ailleurs certain de ceux qui travaillait avec lui disait de lui:« Il est [ … ] l'esclave des mots que son esprit invente à partir des idées [ … ] et il peut se convaincre lui-même de la vérité dans presque tous les cas, si à travers son mécanisme de rhétorique, il peut continuer ce parcours effréné. »
    Ce qui est interessant à mon sens, Aristide, c'est de discuter, pas de se caresser dans le sens du poil à longueur de com. Mais bon, chacun son truc.
    D'ailleurs, j'aurais beaucoup à dire sur le texte que vous présentez, mais je préfère laisser tomber.
    Au plaisir, car je lis malgré tout souvent vos textes toujours interessants par la reflexion qu'ils apportent (et non forcement l'assentiment!...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sonia, si sur votre blog il vous plait d’engager de longues « discussions » avec n’importe qui sur n’importe quel sujet grand bien vous fasse, ce n’est pas moi qui viendrait vous le reprocher. Moi cela ne m’intéresse pas et je ne me suis jamais engagé à quoique ce soit en ce sens. Je réponds à qui me plait, quand cela plait, et sans m’en justifier ni m’en excuser. Bien que je sois en général tolérant, je mets également dehors qui je veux et selon les même modalités.
      Il se peut fort bien que cette façon de faire ne vous convienne pas. Encore une fois ce n’est pas moi qui viendrait vous le reprocher : chacun son truc, comme vous le dites. Mais en ce cas le remède est très simple : le web est vaste et vous trouverez sûrement d’autres blogueurs ravis de dialoguer longuement avec qui se présente. Alors sentez vous très libre.

      Supprimer
    2. Bien sur, chacun son petit truc. Voyez-vous, en venant sur le monde des blogs à caractère réactionnaire, je pensais qu'on pourrait trouver une sorte de communautarisme, de recherche d'entente où chacun apporterait ses idées et façon de voir les choses pour que les mésententes s'usent et s'harmonisent (personnellement je me suis énormément "user") afin de créer une vraie force réactionnaire soudée. Mais en fait je n'ai trouvé que de l'individualisme forcené (je parle avec qui je veux et je vire qui je veux...liberté républicaine mais pas philosophique!), et nous en sommes où nous en sommes: dans une impasse chaotique.
      Simplement dommage.

      Supprimer

LES COMMENTAIRES ANONYMES SERONT SUPPRIMES SANS AUTRE FORME DE PROCES, ALORS FAITES L'EFFORT DE PRENDRE UN PSEUDONYME OU DE SIGNER VOTRE MESSAGE. MERCI.