Ralliez-vous à mon panache bleu

vendredi 20 avril 2012

Présidentielle 2012 : Dernière station avant l'isoloir



J’aurais pu m’en tenir à la blague de Jeudi. Quel lecteur tant soit peu attentif de ce blog peut ignorer mes opinions politiques - au moins dans les grandes lignes ?
Mais, bien qu’aimant rire au sujet des questions politiques, en définitive je prends la politique au sérieux. Par conséquent je me sens tenu de faire une dernière analyse au moins un peu sérieuse avant le premier tour. Que les amoureux inconditionnels de la rigolade et de la dérision veuillent bien me pardonner, on ne se refait pas.
La question est donc : pour qui voter ?
Mes critères de choix dans l’absolu, et avant de faire entrer en ligne de compte quelque considération stratégique que ce soit, sont aujourd’hui essentiellement au nombre de quatre :
1) Le candidat se propose-t-il de réduire sérieusement la dépense publique, le nombre de fonctionnaires et, de manière générale, de diminuer l’emprise de la puissance publique sur l’économie ?
2) Le candidat se propose-t-il de s’attaquer sérieusement à la question du Grand Remplacement et de mettre au pas les délinquants ?
3) Le candidat se propose-t-il sérieusement de mettre un coup d’arrêt à l’expansion du despotisme bureaucratique bruxellois ?
4) Le candidat se propose-t-il sérieusement de réformer cette infâme pétaudière qu’est devenue l’éducation nationale ?
Je n’inclus pas les questions internationales, bien qu’elles soient importantes dans l’absolu, parce que je considère que la France est trop malade pour pouvoir jouer plus qu’un rôle tertiaire ou quaternaire dans les affaires du monde et que, précisément du fait de l’état qui est le sien, la priorité doit être donnée à ses affaires internes.
Mes quatre critères permettent immédiatement d’évacuer tout vote à gauche, gauche dans laquelle j’inclus Bayrou que je tiens pour un supplétif du PS.
Reste donc le vote Le Pen ou le vote Sarkozy (comment dites-vous ? Dupont-Aignan ? Allons, je vous ai dit que je prenais la politique au sérieux).
Concernant le premier critère, tous les deux échouent lamentablement. Comme d’ailleurs l’ensemble de la classe politique française. Ce serait à pleurer si je ne préférais pas encore en rire. C’est meilleur pour mon caractère et pour ma santé.
Concernant le critère numéro quatre je dirais : mouais, bof, pas vraiment. La suppression du collège unique aurait évidemment mes faveurs, mais je ne vois rien de décisif ni chez l’un ni chez l’autre. Match nul.
Concernant le critère numéro trois, MLP l’emporte sans discussion. Elle est la seule qui semble avoir au moins conscience du problème. Je ne parle pas du détail de ce qu’elle propose - qui peut être pertinent ou non - mais de son hostilité à ce qu’il est convenu d’appeler « l’intégration européenne » et qui n’est qu’un autre nom pour la désintégration des nations et l’abolition de la démocratie représentative.
Sarkozy semble s’être découvert récemment une certaine fibre anti bruxelloise, via sa promesse de remettre en cause les accords de Schengen, mais je n’y crois pas une seconde. Un seul mot suffira pour résumer ma pensée sur ce sujet : traité de Lisbonne.
Reste le critère numéro deux, et là aussi MLP l’emporte haut la main. Elle est la seule qui semble avoir conscience de la gravité et de l’urgence de la situation. Et puis Sarkozy a un bilan : le karcher transformé en serpillère à peine humide, une immigration légale qui avoisine les 200 000 entrées par an, les odes au métissage... Bon, inutile de poursuivre.
Dans l’absolu mon choix est donc facile à faire, je dois voter pour MLP, bien que je l’ai souvent trouvé passablement mauvaise durant cette campagne, pour rester gentil (Dieu, quelle souffrance de l’entendre parler d’économie !).
Restent les considérations stratégiques.
Je suis persuadé que MLP ne sera pas au second tour et que Sarkozy y sera. Je n’ai donc aucune raison de voter « utile ». Si j’estime que Sarkozy est préférable à Hollande rien ne m’empêchera de voter pour lui au second tour.
Dans l’hypothèse cependant où j’estimerais que Sarkozy est préférable à Hollande, ne serait-il pas souhaitable qu’il ait un maximum de voix au premier tour pour espérer l’emporter au second ?
Franchement, je ne crois guère à cet argument de la « dynamique ». C’est inverser la causalité : ce n’est pas parce qu’un candidat a moins de voix qu’espéré qu’il se voit privé de « dynamique », c’est parce qu’il n’est pas « dynamisant » qu’il manque de voix. Ce qui est vrai au premier tour est vrai au second. Si au second tour Sarkozy parait préférable à Hollande à suffisamment d’électeurs il sera réélu, point. Son score du premier tour n’est pas le problème.
Et enfin dernière considération évidente, en votant pour MLP j’adresse, comme disent les sondeurs, « un message fort » à la droite « classique ». Ce message est le suivant : la droite ne pourra pas à l'avenir espérer remporter les élections présidentielles et législatives si elle ne réforme pas sérieusement son corpus intellectuel et ses actions en matière d’immigration et de délinquance. J’ai bien dit sérieusement, et pas seulement en paroles, comme elle l’a fait parfois durant le quinquennat écoulé.
La tournure que pourra prendre cette réforme n’importe pas pour le moment. Seul compte le fait que personne ne pourra se méprendre sur la teneur du « message ».

Bien, mon choix est donc fait.
Pour le second tour, on verra.

23 commentaires:

  1. Même chose pour moi, à la virgule près.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les grands esprits se rencontrent, Didier...

      Supprimer
  2. Mon choix est également fait. Je ne dirai pas ce qu'il est. Toutefois, un minimum de logique le rendrait relativement facile à deviner. Dans mon billet de demain, je donnerai mon sentiment sur les sondages et ce que selon moi ils ne devraient pas entraîner.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai encore quelques virgules à décortiquer mais peut-être que ça vient...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez encore le week-end pour y réfléchir.

      Supprimer
  4. Pour moi MLP c'est non pour bien des raisons et certainement pas gauchistes ou bien pensantes , le plus incroyable dans cette histoire, c'est que mon épouse sénégalaise de naissance et fière de sa négritude votera MLP quand je dis aux gens qui me côtoie que mon épouse me considère comme un dangereux gauchiste.

    Je tiens que mon écrit n'est point une galéjade pour clown triste.

    RépondreSupprimer
  5. Côtoient, mais pourquoi je ne me relis pas, fainéantise quand tu nous tiens.

    RépondreSupprimer
  6. Pareil. Marine.

    Je suppose que vous avez lu les "7 raisons de voter Sarko" de Tandonnet qui est dans votre blogroll. Tout ça est bel et bon. Ou plutôt le serait dans un pays encore majoritairement rationnel. Et ça sous-entend que pour éviter à tout prix un duel Marine-Hollande qui donnerait le pouvoir au Flan, il faudrait voter pour NS au 1er tour AUSSI.

    Mais 1) je crois que Marine ne passera de toute façon pas le 1er tour, et 2) Sarko ou Hollande, vu la dynamique générale que prennent les choses en France, ça ne fera pas grande différence. Ce n'est pas les différences réelles entre NS et FH, celles que pointe Tandonnet, réelles mais devenues inopérantes dans une telle course à l'abîme, sur une telle échelle de n'importe quoi irrationnel (je ne sais trop comment dire le truc), qui changeront quoi que ce soit au mouvement général.

    Donc, comme vous dites, l'important est d'envoyer un message fort : dès le 1er tour, et éventuellement au 2nd si MLP passe (rêvons...).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je l'ai lu, et je ne suis pas vraiment convaincu par la plupart d'entre elles. Le fond de l'affaire est que je ne crois pas que Sarko II ferait mieux que Sarko I. Les blocages intellectuels et politiques me semblent trop profonds.
      Et puis de toutes façons aucune de ces raisons ne sont pertinentes pour voter Sarkozy dès le premier tour, sauf à penser qu'il risque d'être éliminé. Ce que je ne crois pas du tout.

      Supprimer
    2. Oui, tout à fait, et puis en relisant et en tombant sur NS préservateur de la cohésion nationale et grand réformateur, j'avoue avoir ri très jaune.

      Supprimer
  7. "Dernière station avant l'isoloir..."

    Vous causez de quoi, là ?
    C'est la 9° "Il tombe pour la dernière fois" Dernier arrêt avant le Golgotha ?
    Ou la 14° "mise au tombeau"... avant la Résurrection ?

    De toute façon c'est notre chemin de croix...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Euh... en fait de station je pensais plutôt à la station essence, genre "dernière station avant l'autoroute", vous voyez.
      Il ne m'était même pas venu à l'esprit que cela puisse évoquer le chemin de croix.
      Aïe, aïe, aïe, ça la fiche mal pour moi...

      Supprimer
  8. En parisien nombriliste, je penchais pour les stations du Métropolitain , dîtes moi mon cher Aristide vous préférez le bruit d'un V8 aux voix de la Country.

    Mes deux filles votant pour la première fois aux élections présidentielles, je vais les accompagner en mettant peut être un p'tiot bulletin dans l'urne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faites donc Grandpas. Cela ne coûte rien ni ne change rien et, qui sait? peut-être aurez vous néanmoins l'agréable sentiment du devoir accompli.

      Supprimer
    2. Tout ceci est extrêmement déprimant, et tous les 5 ans c'est très pénible. Je serais partisan d'un décennat.

      Supprimer
    3. Il ne faut pas voir les choses en petit. Que diriez-vous de rétablir la monarchie?

      Supprimer
    4. Ce serait avec joie. Louis XX, ça aurait tout de même plus de gueule qu'une endive cuite.

      Supprimer
  9. Alors un coup c'est Hollande, le lendemain Marine.
    Je sais plus. J'arrive plus à suivre.
    Je sens que je m'en fais foter efa.
    Rien que pour la Norvège.

    (Smiley qui se fourre le doigt dans l'oeil malgré ses lunettes vertes)
    ((C'était pour brouiller les pistes))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes toutes de Norfégiennes ménopausées, Carine!

      Supprimer
  10. J' ai donc accompagné mes deux filles au bureau de vote mais impossible devant ces faces de carême de garder mon calme et d'un seul coup la ire est montée en moi et j'ai tout jeté, bulletin de vote et carte d' électeur et hop poubelle.

    Rien à faire, tous sans exception, des traîtres comme Sarkozy ou des Jean-foutre comme Hollande et des faquins comme Melanchon quant à Marine, c'est définitivement non!

    RépondreSupprimer
  11. Devant les menaces de mon épouse et de mes filles, je suis allé mettre un bulletin dans l'urne pour MLP , c'est de l'amour pour sa moitié où je ne m' y connais pas.

    RépondreSupprimer

LES COMMENTAIRES ANONYMES SERONT SUPPRIMES SANS AUTRE FORME DE PROCES, ALORS FAITES L'EFFORT DE PRENDRE UN PSEUDONYME OU DE SIGNER VOTRE MESSAGE. MERCI.